Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

À Paris, les "drive bar" se mettent en place en attendant la réelle ouverture des terrasses

Par

Alors que les terrasses et les bars restent fermés à cause de l'épidémie, de plus en plus d'établissements parisiens se transforment en "drive-bar" et vendent à emporter des verres de bière, de vin, de pastis.

Les terrasses et les bars restent fermés à cause de l'épidémie, alors de plus en plus d'établissements parisiens se transforment en "drive-bar" et vendent à emporter des verres de bière, de vins. Les terrasses et les bars restent fermés à cause de l'épidémie, alors de plus en plus d'établissements parisiens se transforment en "drive-bar" et vendent à emporter des verres de bière, de vins.
Les terrasses et les bars restent fermés à cause de l'épidémie, alors de plus en plus d'établissements parisiens se transforment en "drive-bar" et vendent à emporter des verres de bière, de vins. © Radio France - Victoria Koussa

Comme un avant-goût de la vraie ouverture des terrasses. Mais c'est un avant-goût. Les bars restent fermés à cause de l'épidémie mais de plus en plus d'établissements parisiens se transforment en "drive-bar" et vendent à emporter des verres de bière, de vin, de pastis. Les clients sont censés repartir avec leur boisson, mais ils trinquent souvent entre amis juste devant.

Publicité
Logo France Bleu

"Si les terrasses des cafés étaient ouvertes, on pourrait nous dire, par exemple, vous pouvez espacer les tables de tant. Nous serions, nous responsables de la gestion des espaces (...) on pourrait le gérer et il y aurait plus de sécurité que ce qu'il passe aujourd'hui", témoigne Franck, gérant d'un bar à vin, sur France Bleu Paris.

Retrouver les terrasses

"Depuis le déconfinement, les gens investissent les places de Paris, les parcs étant fermés et que ce soit chez nous ou une canette chez l'épicier du coin, quoi qu’il arrive ils se mettront sur la Place. Les gens en avaient besoin, de se remettre une pinte de bière, de rester dehors, discuter avec un ami, ça commençait à devenir vital pour eux", ajoute Franck.

Comme lui, des bars éphémères sur des tréteaux proposent à boire dans des gobelets en plastique. Et même des huîtres, ou des bulots pour grignoter dans le 20e arrondissement de Paris. "Heureusement qu'il y a ça, il y a ce côté inédit qui donne un vent de liberté. Ce n'est pas non plus un avantage parce que l'on aimerait bien retrouver nos terrasses", raconte Morgane.

On aimerait bien retrouver nos terrasses, Morgane, une Parisienne

Des dizaines de clients se retrouvent après le télétravail devant les établissements. Pourtant c'est justement pour éviter les attroupements que les terrasses restent fermées. "Au-delà de 10 personnes devant, je demande aux gens de bouger, de circuler, c'est vraiment de la vente à emporter. Dès que les gens ont un peu bu et que je vois que les gestes barrières ne sont plus respectés, je ferme", relate Simon. Il tient un bar dans le quartier.

La police interrompt souvent les apéritifs sur le trottoir quand les règles de distanciation ne sont pas respectées.

Ma France : Mieux vivre

Hausse généralisée du coût de la vie, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent ainsi une nouvelle consultation citoyenne intitulée “Mieux vivre”. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres.

Publicité
Logo France Bleu