Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

À Pau, les Restos du cœur comptent sur vous

mardi 7 novembre 2017 à 18:51 Par Axelle Labbé, France Bleu Béarn

Les restos du cœur ont commencé cette semaine la campagne d'inscription pour cet hiver. Les distributions débuteront le 21 novembre en Béarn, comme partout en France. Et comme chaque année, le nombre de bénéficiaires va augmenter.

Un centre de distribution des Restos du cœur
Un centre de distribution des Restos du cœur © Maxppp - J. Fulleringer

Pau, France

Depuis ce lundi, les bénévoles des Restos du cœur ont commencé les inscriptions pour les bénéficiaires de la campagne d'hiver. Rien que pour la journée de lundi, 70 familles sont venues s'inscrire au centre de distribution de Pau. Chaque année, le nombre de bénéficiaires augmente. Cet été, les Restos du cœur de Pau ont ainsi aidé plus de 1000 personnes, le double par rapport à l'été précédent. L'hiver dernier, l'association avait fourni des repas à 1700 personnes.

Accueillir des jeunes, ça fait mal au cœur, mais des personnes âgées, ça me fait encore plus mal - Maryse Belivier, responsable de l'antenne de Pau

Des bénéficiaires qui sont dans des situations de plus en plus difficiles explique Maryse Belivier, la responsable du centre de Pau: "on a des gens qui nous disent qu'ils ne se chauffent pas parce qu'ils ne peuvent pas payer l'électricité. On a même des gens qui ramassent les cageots pour se chauffer avec leur cheminée, on leur donne nos palettes cassées, ils se chauffent avec ça". Le profil des bénéficiaires est très varié, les réfugiés installés en Béarn s'inscrivent, mais aussi beaucoup de personnes seules, et des familles nombreuses, avec plus de six enfants. La situation des retraités bouleverse particulièrement la bénévole. "Hier, on a inscrit deux retraités, raconte-t-elle la gorge serrée. Les jeunes, je me dis toujours qu'ils peuvent se donner un coup de pied aux fesses, on peut toujours essayer de rebondir. Mais une personne à la retraite, sa situation ne va pas s'améliorer. Accueillir des jeunes, ça fait mal au cœur, mais des personnes âgées, ça me fait encore plus mal".

Aux Restos du cœur, la nourriture est collectée au niveau national, et redistribuée dans chaque centre. S'y ajoutent les denrées offertes par les supermarchés béarnais. Les Restos comptent aussi sur les dons des particuliers, mais il y en a de moins en moins détaille Maryse Belivier: "on le voit dans les collectes, les gens donnent moins dans les magasins. Ils nous disent qu'ils aident leurs enfants, leurs petits-enfants, ils ne peuvent pas aider quelqu'un de plus. Qui n'a pas un chômeur dans sa famille? Et nous, par conséquent, on a moins de dons".

Pas assez de bénévoles

Moins de dons en nature et en espèce, moins de bénévoles aussi. À Pau, Maryse Bélivier court après les volontaires : "on est en recherche de bénévoles qui veulent s'impliquer. Pas des gens qui nous disent "tiens, aujourd'hui il fait beau je vais aller à la montagne". Ce n'est pas ça faire du bénévolat. Comme disait Coluche, "on compte sur vous". Je préfère quelqu'un qui ne vient qu'une demie-journée mais sur qui je peux compter. On a beaucoup de mal à trouver des gens qui s'impliquent".

Si vous voulez donner de votre temps aux Restos du cœur, vous pouvez contacter directement l'association via son site internet.