Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

À quatre mois du déménagement du Min de Nantes, la brocante ne sait toujours pas où elle va s'installer

dimanche 9 septembre 2018 à 4:05 Par Marion Fersing, France Bleu Loire Océan

C'est le traditionnel rendez-vous du premier dimanche du mois au Min de Nantes : la brocante et le vide-dressing. Mais à maintenant quatre mois du déménagement du marché d'intérêt national à Rezé, les marchands ne savent toujours pas où ils vont aller.

Les brocanteurs du Min de Nantes ne savent pas encore où ils vont s'installer en janvier (photo d'illustration)
Les brocanteurs du Min de Nantes ne savent pas encore où ils vont s'installer en janvier (photo d'illustration) © Maxppp -

Nantes, France

C'est une question qu'on va sans doute encore beaucoup entendre, ce dimanche, au Min de Nantes. Où s'installeront les marchands, une fois que le marché d'intérêt national aura déménagé à Rezé, en janvier ? Chaque premier dimanche du mois (à part donc cette année en septembre et octobre où c'est le deuxième), de 150 à 200 marchands s'installent sous la halle qui accueille les grossistes de fruits et légumes, le reste de la semaine, sur l'île de Nantes. Ils y voient passer 3.000 visiteurs en moyenne. Mais à quatre mois maintenant du déménagement, cette question reste pour l'instant sans réponse.

Ce n'est pas possible que ça s'arrête !

"Nous avons déposé plusieurs dossiers", explique Bruno Buffard, le gérant de Dimexpo, qui organise les rendez-vous du dimanche. "Mais pour l'instant, nous n'avons pas de réponse à donner aux nombreuses personnes qui nous demandent où nous irons. Et ça commence un petit peu à nous inquiéter. C'est pas possible que ce rendez-vous s'arrête comme ça. C'est important, économiquement. Pour moi et pour les marchands."

L'important, c'est que nous trouvions un lieu couvert

Il espère que les brocantes et les vide-dressing pourront trouver leur place au nouveau Min, mais il a aussi fait des demandes dans plusieurs autres lieux de l'agglomération nantaise, sans vouloir en dire beaucoup plus pour l'instant. "L'important, c'est que nous trouvions un lieu couvert. Parce qu'avec le temps qu'il fait chez nous, en cas de pluie tout sera trempé. Il faut aussi qu'il y ait des parkings pour que les marchands puissent garer facilement leurs camions et les clients leurs voitures. Et pas question d'aller à 20 kilomètres de Nantes. Il faut que nous restions à proximité".