Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

A Reims, 25 000 repas "sauvés" avec l'application Too Good to Go

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

Lancée en 2016, Too Good To Go est une application qui veut lutter contre le gaspillage alimentaire, en incitant des commerçants à vendre à prix réduits les denrées qu'ils auraient jetés en fin de journée. A Reims depuis juin 2017, elle vient de signer un partenariat avec les magasins Cora.

Xavier Lefèvre, boulanger dans le centre-ville de Reims, utilise l'appli depuis juillet dernier.
Xavier Lefèvre, boulanger dans le centre-ville de Reims, utilise l'appli depuis juillet dernier. © Radio France - Thomas Coignac

Reims, France

On ne peut plus vraiment parler de nouveauté concernant Too Good To Go. Lancée en juin 2016, elle a été téléchargée par 3,5 millions de Français. Le principe ? Réserver, chez des commerçants variés (restaurants, boulangeries, grandes surfaces), son panier-repas du soir, à prix cassé, composé d'invendus de la journée. Le tout sur une application gratuite, téléchargeable sur smartphone. Il faut ensuite aller le chercher dans le commerce, sur une plage horaire décidée par le commerçant. Un système censé être gagnant-gagnant-gagnant, entre le client, qui paie son repas moins cher, le commerçant qui vend des restes qu'il aurait dû jeter, et l’application qui prend, évidemment, une commission sur l'opération. 

7 000 commerçants inscrits dont les 61 magasins Cora 

Aujourd'hui, Too Good To Go est utilisée en France par par 7 000 commerçants. Et s'ajoutent, officiellement depuis ce mardi, les 61 magasins Cora de France. L'enseigne, surtout implantée dans le Grand Est a signé un partenariat avec l'application. A Reims, le magasin Cora de La Neuvillette l'utilise déjà depuis septembre. "On laisse aux gens la possibilité de venir le récupérer entre 16h30 et 19h30, explique Xavier Greuin, le responsable du rayon des produits frais. Et 30 minutes après, les réservations des paniers du lendemain sont déjà faites.".  

La carte montrant les commerçes partenaires à Reims. - Aucun(e)
La carte montrant les commerçes partenaires à Reims. - Capture d'écran Too Good To Go

A Reims, Cora n'est évidemment pas la seule enseigne à utiliser l’application. Too Good To Go revendique 50 commerçants partenaires, et 5 200 utilisateurs. Depuis leur arrivée dans la ville en juin 2017, ils auraient permis de "sauver" 25 000 panier-repas. Too Good To Go est aussi implanté à Charleville-Mézières, depuis mars 2018. Là, environ 500 personnes vont se servir chez une dizaine de commerçants partenaires. 

Ça fait moins de pertes, et cela permet de faire des économies pour racheter des matières premières

A Reims, dans le centre-ville, la boulangerie de Xavier Lefèvre utilise Too Good To Go depuis juillet 2018. Ses paniers coûtent 2,99 euros, avec des baguettes, un pain, et quelques viennoiseries. C'est l'application qui fixe le prix, et prend une commission, ici 1,30€. "Avant on donnait un peu de pain aux associations, quand elles passaient. On continue de le faire, explique le boulanger. Mais il y avait aussi beaucoup de choses qui partaient à la poubelle". Depuis juillet 2018, Xavier Lefèvre a vendu 850 repas avec l'application Too Good To Go. "Ça fait moins de pertes, et cela permet de faire des économies pour racheter des matières premières". 

Xavier Lefèvre consulte son application tous les jours. - Radio France
Xavier Lefèvre consulte son application tous les jours. © Radio France - Thomas Coignac

"C'est génial !,  s'écrie Angéline, qui a a découvert le concept à Paris. On ne gaspille pas, alors qu'il y a des gens qui sont dans le besoin. Et puis, on fait des économies. là, la miche de pain va me faire la semaine, j'ai déjà prévu des petites recettes avec les baguettes....". La lutte anti-gaspi, c'est aussi ce qui a poussé Chloé à venir vers la boulangerie. "Avant, je travaillais dans un supermarché, et je voyais bien tout ce que l'on jetait...", se souvient-elle. Les supermarchés sont effectivement les principaux gaspilleurs. En tout cas, Cora, estime avoir "sauvé" plus de 36 000 repas, depuis le début de sa collaboration avec Too Good To Go. 

Choix de la station

France Bleu