Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

A Reims, des commerçants sceptiques sur l'intérêt d'avancer les soldes

mercredi 26 décembre 2018 à 18:54 Par Victorien Willaume, France Bleu Champagne-Ardenne

La Confédération des commerçants indépendants de France a proposé ce mercredi d'avancer le début des soldes au 2 janvier, plutôt qu'au 9 janvier, pour "démarrer le mois dans des conditions pas trop catastrophiques". Une idée qui ne convainc pas plusieurs commerçants de Reims.

Pour le Président des Vitrines de Reims Eric Toussaint, avancer les soldes est une bonne idée.
Pour le Président des Vitrines de Reims Eric Toussaint, avancer les soldes est une bonne idée. © Radio France - Victorien Willaume

Reims, France

La Confédération des commerçants indépendants de France a proposé ce mercredi d'avancer le début des soldes d'hiver au 2 janvier, à la place du 9 janvier. L'objectif selon son président Francis Palombi : "permettre aux commerçants pénalisés par les manifestations des gilets jaunes de démarrer janvier dans des conditions pas trop catastrophiques". 

Selon lui, les commerçants indépendants ont perdu en moyenne 25 % de leurs chiffre d'affaire en décembre, par rapport à l'année dernière, et cela va pousser des commerces indépendants à réduire leurs effectifs.

Les soldes ne sont plus un rendez-vous que les clients attendent - une commerçante de Reims

Mais à Reims, certains commerçants se disent un peu sceptiques sur l'utilité du projet. Pour Nawel, qui tient un magasin de prêt-à-porter, avancer les soldes ne servira pas à grand chose : "De toute façon, les soldes ne sont plus un rendez-vous que les clients attendent. On a tellement de promos toute l'année, que les gens n'attendent pas les soldes pour faire de bonnes affaires.", explique-t-elle. 

Nathalie non plus n'est pas convaincue. Comme de nombreux commerçants, elle pense qu'à cause des ventes privées qui s'étalent toute l'année, les soldes ne servent plus à grand chose : "Etant donné qu'on est en ventes privées, on offre les mêmes remises que la première semaine des soldes pour nos clientes. Là elles ont reçu les messages ce matin, et c'est parti : - 40 , -50, et jusqu'à -60% cette année", assure-t-elle. 

Scepticisme aussi chez Sébastien, qui tient un commerce spécialisé dans la maroquinerie. Lui pense qu'avancer les soldes n'aura pas d'impact positif sur le commerce. Il préférerait même que les soldes soient reculées : "Déjà les dates habituelles sont tôt, je suis contre l'avancée des soldes. Je dirais même qu'il faut les repousser parce que l'hiver dure très longtemps dans notre région. Ce serait bien fin janvier! ", témoigne-t-il.

Dernier argument avancé par certains commerçants contre l'avancement des soldes : l'organisation. Préparer les soldes demande du temps aux employés, et certains enseignes pourraient ne pas être prêtes à temps. 

Permettre de créer un flux

Mais tout le monde n'est pas contre cette idée. Le président des Vitrines de Reims, par exemple, Eric Toussaint :  "Plus vite on rentrera dans cette période de soldes, plus vite on permettra de créer un flux, qui pourrait servir tout le monde . Même s'il ne faut pas se leurrer, dès aujourd'hui et jusqu'aux soldes, des tas d'offres promotionnelles vont être mises en place.", explique-t-il.