Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

A Reims, une association d'aide à domicile tire la sonnette d'alarme

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

Comme les Ehpad, les services d'aide à domicile se mobilisent pour demander des moyens supplémentaires. Ils dénoncent le manque de reconnaissance de leur métiers. A Reims, l'association Aradopa emploie ainsi 330 personnes. Il lui en faudrait 15 à 20 de plus, mais elle n'arrive pas à recruter.

Marcelle Martineau, 92 ans, avec son fils Richard et Aurélie, aide à domicile
Marcelle Martineau, 92 ans, avec son fils Richard et Aurélie, aide à domicile © Radio France - Philippe Rey-Gorez

Reims, France

Manque de moyens, manque de personnels, manque de reconnaissance des métiers... C'est ce que dénoncent les associations d'aide à domicile.  Les personnels se sont joints au mouvement de grève, mené ce mardi  par les Ehpad, autrement dit les maisons de retraite. Tous demandent une meilleure politique en faveur des personnes âgées et handicapées.  

Difficultés de recrutement

C'est le cas à Reims de l'association Aradopa, qui emploie plus de 300 personnes.  Son directeur, David Lemaire explique que, aide à domicile, c'est un métier dur, avec des contraintes horaires compliquées, mais que les salaires sont au plus bas : "Nous avons aujourd'hui beaucoup de gens que nous ne pouvons pas accompagner, puisque nous n'avons pas le personnel à mettre en face. Beaucoup de salariés ne restent pas. C'est au travers de la valorisation, de l'image de ces métiers, que la situation pourra être améliorée".

David Lemaire, directeur de l’association Aradopa de Reims

Pourtant, le maintien à domicile est moins coûteux que les maisons de retraite, et les personnes âgées elle mêmes souhaitent rester chez elles.  C'est le cas de Marcelle Martineau, 92 ans, qui vit à Reims. Elle ne peut plus marcher, mais en revanche, la tête fonctionne très bien : "C'est très important. je préfère rester chez moi, être heureuse, avec mes habitudes.  Les maisons de retraite me font peur".

Ecoutez Marcelle Martineau et son fils Richard

Choix de la station

France Bleu