Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

A Rennes, un échange pour essayer de rassurer les patrons de discothèques

-
Par , France Bleu Armorique

Une réunion s'est déroulée ce lundi 29 juin dans la discothèque le Gatsby à Rennes. Trois députés de la majorité LREM et une vingtaine de gérants de boîtes de nuit ont échangé sur les solutions pour ouvrir rapidement ces établissements, et sur la mise en place d'un protocole sanitaire.

La réunion a regroupé une vingtaine de gérants de discothèques et trois députés LREM
La réunion a regroupé une vingtaine de gérants de discothèques et trois députés LREM © Radio France - Maxime Bossonney

Les gérants de discothèque ne décolèrent pas, mais ils ont des soutiens, et au sein même de la majorité. Après avoir appris que ces établissements ne pourront pas rouvrir avant septembre à cause de la crise sanitaire, plusieurs députés LREM ont soutenu publiquement les patrons de boîte de nuit.

En Ille-et-Vilaine, trois députés ont rencontré une vingtaine de ces dirigeants dans la discothèque le Gatsby à Rennes. Un échange pour rassurer les gérants de ces établissements de nuit, qui se sentent oubliés des politiques. "On a aucune aide, 98% des discothèques n'ont pas eu accès au prêt garanti par l'Etat" (PGE) explique l'un de ces patrons. "On a aucun revenu mais on doit payer les charges, avec la pression des bailleurs et des propriétaires".

Mettre en place un protocole sanitaire le plus vite possible

"Le prêt était accessible à tous, il fallait le demander", explique la députée de la 2e circonscription d'Ille-et-Vilaine Laurence Maillart-Méhaignerie, tout en avouant qu'il y a une "méconnaissance à l'Assemblée nationale et dans les ministères" concernant la situation des boîtes de nuit.
Ces élus demandent avant tout aux discothèques de mettre en place un protocole sanitaire, mais les gérants dénoncent l'hypocrisie des politiques : "On a déjà des solutions, on sait gérer les flux et on a des systèmes de ventilation efficaces" expliquent-ils. "C'est quand même paradoxal de voir des bars et des restaurants bondés, sans respect des gestes barrières, alors que nous sommes toujours fermés". Ils assurent également qu'il est facile de mettre en place des prises de température ou encore le port du masque.

Même si les députés présents refusent de comparer et d'opposer les corps de métier, ils comprennent le paradoxe, et craignent des attroupements dans les rues, à l'image de la fête "Projet X" organisée samedi 27 juin aux Invalides à Paris, et qui a dégénéré avec les forces de l'ordre. "Si les discothèques sont fermées tout l'été, les jeunes ne sauront pas où faire la fête, cela pose des questions de sécurité publique" souligne la député de la 5e circonscription d'Ille-et-Vilaine Christine Cloarec-Nabour.

Une réunion sur le sujet est prévue avec les syndicats au ministère de la Santé ce mardi 30 juin.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu