Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

3 personnes interpellées lors de l'acte VI des gilets jaunes à Rouen

samedi 22 décembre 2018 à 14:35 Par Romain Chevalier et Adrien Beria, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Selon préfecture, 3 interpellations ont eu lieu samedi 22 décembre à Rouen lors de l'acte VI des gilets jaunes. Ils étaient près d'un millier à manifester. En début d'après-midi, la situation s'est tendue dans les rues de l'hypercentre.

Des gilets jaunes dans les rues de Rouen.
Des gilets jaunes dans les rues de Rouen. © Radio France - Romain Chevalier

Rouen, France

Pour l'acte VI des gilets jaunes près d'un millier de personnes se sont rassemblées dans les rues de Rouen samedi. Les zones commerciales de Barentin et de Tourville-la-Rivière, ont quant à elles été épargnées ce samedi 22 décembre. 

Un départ confus

Le cortège s'est retrouvé à 10h devant la préfecture, avant de se rendre Boulevard des Belges. Certains ont tenté de remonter le boulevard, malgré la présence des forces de l'ordre.

Les gilets jaunes ont finalement fait demi-tour et ont longé les quais de Seine. Ils se sont à nouveau arrêtés à l'angle de la rue Jeanne d'Arc et du quai de la Bourse. De nouveau face à un cordon de policiers le cortège s'est disloqué. Certains sont restés face aux forces de l'ordre, pendant que la majorité du cortège s'est rendue vers la Rue de la République.

Débordements rue du Gros Horloge

En début d'après-midi, près de 350 gilets jaunes se sont dirigés dans l'hyper-centre de Rouen, rue du Gros Horloge. Les forces de l'ordre avaient installé différents barrages pour bloquer l'accès des manifestants au Vieux Marché. 

C'est à ce moment-là que la situation a dégénéré. Certains manifestants ont tenté de forcer un barrage, les forces de l'ordre ont alors riposté en tirant des gaz lacrymogènes.

Des restes des bombes lacrymogènes rue du Gros horloge à Rouen - Radio France
Des restes des bombes lacrymogènes rue du Gros horloge à Rouen © Radio France - Romain Chevalier

Gros nuage de fumée

Les rues de l'hyper-centre et notamment la rue du Gros Horloge se sont retrouvées sous un gros nuage de fumée provenant des gaz lacrymogènes. La situation est devenue très confuse. Gilets jaunes et clients venus faire leurs derniers achats de Noel se sont dispersés, essayant de fuir la fumée.

Apeurés, certains commerçants ont immédiatement fermé leurs magasins. Le calme est finalement revenu 15 minutes plus tard.

Des gilets jaunes toujours présents l'après-midi

A 15 heures, des gilets jaunes étaient toujours présents dans les rues du centre-ville. Ils sont suivi de près par la police. Ils sont toutefois moins nombreux que ce samedi matin. 

Un centre-ville où beaucoup de Rouennais profitent de ce dernier week-end avant Noël pour faire leurs achats. 

Les gilets jaunes ont ensuite circulé dans les rues du centre-ville de Rouen une bonne partie de l'après-midi, sans aucun incident. Ils sont à nouveau passé rue du Gros Horloge, sous le regard des commerçants qui avaient cette fois-ci laissé leurs magasins ouverts. 

En début de soirée, des manifestants ont finalement allumé un feu de palette et brûlé des poubelles rue Jeanne d'Arc. Les policiers ont donc du une nouvelle fois faire usage de gaz lacrymogène. 

3 interpellations et 2 blessés légers

Au total trois personnes ont été interpellées, samedi 22 décembre, en marge de la manifestation des gilets jaunes à Rouen. Deux personnes ont également été légèrement blessés.

D'après la préfecture, depuis le 17 novembre, début du mouvement des gilets jaunes, 360 personnes ont été interpellées.