Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

À Saint-Denis, le bras de fer continue entre les agents municipaux en grève et la mairie

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris

Après l'intrusion de manifestants en plein conseil municipal, jeudi soir, des agents de la ville se sont encore une fois rassemblés, ce vendredi 9 octobre, devant l'hôtel de ville de Saint-Denis. Ils dénoncent la réforme du temps de travail que souhaite adopter la nouvelle municipalité socialiste.

Manifestation des agents de la ville de Saint-Denis devant l'hôtel de ville en octobre 2020.
Manifestation des agents de la ville de Saint-Denis devant l'hôtel de ville en octobre 2020. - CGT 93

Au lendemain de l'intrusion de manifestants en plein conseil municipal et l'agression de plusieurs élus, des agents municipaux grévistes se sont de nouveau rassemblés ce vendredi 9 octobre 2020, devant l'hôtel de ville de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Ils dénoncent toujours la réforme du temps de travail que veut adopter la nouvelle municipalité, dirigée par le socialiste Mathieu Hanotin.

Suppression de jours de congés et révision de la prime annuelle

Si la mairie affirme que deux de ses élus ont été blessés, jeudi soir, agressés par des manifestants qui avaient envahi la salle du conseil, la plupart des agents rencontrés ce vendredi disent ignorer ce qu'il s'est passé. Certains n'étaient pas présents, d'autres n'ont rien vu. Nassim, lui, a découvert les images sur les réseaux sociaux mais refuse de condamner. "Des syndicats qui entrent dans la mairie pour revendiquer leurs droit, je ne vois pas où est la violences", affirme cet agent des restauration scolaire "Qu'ils veulent faire du changement, c'est bien,  mais le faire en prenant de l'argent sur le dos d'agents qui travaillent pour la ville depuis plusieurs années, ça c'est dégueulasse", explique le jeune homme en citant les élus de la ville. Aujourd'hui, la réforme proposée par la mairie prévoit de supprimer des jours de congés, au moins trois par an, et de revoir le montant de la prime annuelle fixée à 1 400 euros.

Selon Amel Dahmani, représentante du syndicat SUD Territoriaux à Saint-Denis la mairie "oublie que ce sont ces agents qui étaient sur le terrain, en pleine pandémie du Covid, quand les élus étaient au chaud... La période est déjà très compliquée et eux, ils veulent faire passer cette réforme en quelques semaines, alors que dans les autres collectivités, ce sont des mois et des mois de négociation". Elle assure que ni son syndicat ni la CGT, pourtant majoritaire, ne sont conviés aux réunions de négociation avec la mairie auxquelles participent Force Ouvrière et la CFDT.

"Une réforme injuste" - Amel Dahmani, représentante syndicat SUD Collectivités territoriales

Récupération politique ?

"C'est faux", répond Brahim Chikhi, l'adjoint aux finances et aux ressources humaines, en charge de la réforme. Il répète que les deux syndicats sont les bienvenus aux réunions et que les discussions autour de la prime restent ouvertes L'élu déplore néanmoins une récupération politique de ce conflit social, avec la présence de plusieurs militants de la France Insoumise parmi les manifestants qui ont interrompus le conseil municipal. "C'est un mouvement social qui est chapeauté par des élus de LFI qui descendent dans l'assemblée et qui invectivent des élus de la République, ça c'est compliqué, on joue avec le feu"."Le combat politique n'est pas le combat syndical", ajoute-t-il. 

"C'est une réforme de l'État" - Brahim Chikhi, adjoint aux finances et aux ressources humains à la mairie de Saint-Denis

Sur le fond de la réforme, Brahim Chikhi rappelle qu'elle vise à se mettre en règle avec la nouvelle loi de transformation de la fonction publique adoptée l'an dernier et qui impose à tout agent territorial d'effectuer 1.607 heures travaillées par an. "À Saint-Denis, aujourd'hui, on est à 1532 heures".

À Saint-Denis, le bras de fer continue entre les agents municipaux en grève et la mairie

Choix de la station

À venir dansDanssecondess