Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

À Strasbourg aussi, les livreurs à vélo Deliveroo mécontents essaient de se faire entendre

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

La plateforme Deliveroo a modifié sa grille tarifaire fin juillet. Dorénavant le prix d'une course est calculé en fonction de la distance entre le restaurateur et le client à livrer. C'est la fin du tarif minimum pour les livreurs et pour certains Strasbourgeois ça ne passe pas.

Les livreurs à vélo ne sont pas tous emballés par la nouvelle grille tarifaire de Deliveroo
Les livreurs à vélo ne sont pas tous emballés par la nouvelle grille tarifaire de Deliveroo © Radio France - Lucas Martin-Brodzicki

Strasbourg, France

Comme dans plusieurs villes de France, Strasbourg a ses livreurs à vélo mécontents. Ils critiquent la nouvelle grille tarifaire de Deliveroo annoncée fin juillet. Celle-ci met fin au tarif minimum qui était jusqu'alors d'un peu plus de quatre euros, même pour les courtes distances. Résultat, certains livreurs se voient proposer des courses à deux ou trois euros.

Pour Saïd, rencontré sur la Place Saint-Etienne dans le rush du midi, ça devient compliqué d'accepter ces propositions : "j'ai déjà eu des courses à 2,78 euros. Il faut aller chez le restaurateur, récupérer le repas, se rendre chez le client, attacher le vélo, monter et redescendre, tout ça pour même pas trois euros. Même s'il n'y a que 500 mètres à faire, ça ne vaut pas le coup." Il envisage dorénavant de boycotter ces courses.

Des actions collectives pour protester

D'autres participent à des actions collectives, comme Adrien. Samedi dernier, quelques livreurs ont "débrayé" quelques heures sur la place Gutenberg : ils s'activent sur la plateforme mais refusent systématiquement les commandes proposées. Adrien regrette également le manque de concertation et de dialogue avec Deliveroo : "dès qu'on dit quelque chose, ça n'est pas pris en compte. C'est triste. Faire une course pour deux euros... On n'est pas des machines." Présent dans un groupe de discussion privée rassemblant quelques livreurs strasbourgeois, il réfléchit à une nouvelle action ce samedi.

Adrien vient de recevoir une proposition de course Deliveroo sur son téléphone - Radio France
Adrien vient de recevoir une proposition de course Deliveroo sur son téléphone © Radio France - Lucas Martin-Brodzicki

De son côté, Deliveroo affirme qu'il souhaite offrir aux livreurs une rémunération "plus juste", tout en les incitant à accepter les courses longues distances, mieux payées. Une version ubérisée du travailler plus pour gagner plus. Des collectifs de livreurs appellent à une grève nationale.