Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

A Tours, l'armée de l'air prépare le départ de son école de chasse

jeudi 28 mars 2019 à 17:26 Par Annabelle Wanecque, France Bleu Touraine

Le départ de l'école de chasse de Tours sera effectif d'ici 2 ans. Plus aucun avion militaire ne sera donc sur la BA 705 à partir du 1er juillet 2021, mais en attendant comment organiser la transition ? Le commandant de la base aérienne a livré quelques éléments ce jeudi.

1400 personnes vont rester à la BA 705 au 1er juillet 2021 selon le Colonel Vallette, le commandant de la base aérienne
1400 personnes vont rester à la BA 705 au 1er juillet 2021 selon le Colonel Vallette, le commandant de la base aérienne © Radio France - Annabelle Wanecque

Indre-et-Loire, France

C'est tout un calendrier qui a été présenté ce jeudi en conférence de presse par le Colonel Sébastien Vallette, le commandant de la BA 705 à Tours, après le départ de l'école de chasse programmé d'ici 2021. La remise du dernier brevet de pilote de chasse se fera au plus tard au mois de juin 2020. Après s'ouvrira donc une période de transition. 

Il ne devrait plus rester que 4 contrôleurs aériens 

C'est à partir de là en effet que vont s'échelonner les départs des 400 personnels liés à cette école de chasse, qu'ils soient pilotes, mécaniciens, et bien sûr contrôleurs aériens. Les 25 Alphajets partiront eux aussi progressivement. Dès juin 2020 donc, et pendant à peu près un an, on va continuer à voir des avions de chasse voler à Tours. Au 1er juillet 2021 aura alors lieu le transfert des 200 hectares dévolus à l'activité aérienne d'une gestion militaire à une gestion civile. Sur les 18 contrôleurs aériens actuellement en poste, des militaires, il ne devrait plus en rester que quelques-uns, des civils, on parle d'un nombre de 4 pour assurer l'ensemble du trafic.  

Une présence militaire pour autant maintenue à Tours

400 personnels en moins, ça ne veut pas dire plus de militaires du tout à Tours, bien au contraire ! Il en restera 1400 sur la base de Tours Nord, notamment les 650 employés du pôle ressources humaines de l'armée de l'air. Et le colonel Vallette prédit des développements à venir, comme l'accueil possible d'autres unités, étant donné que l'emprise foncière le permet. Tout ça sans compter les 350 militaires affectés à Cinq-Mars-La-Pile. Une quarantaine de personnes supplémentaires doivent d'ailleurs arriver en septembre sur ce site. Ils feront partie de l'Escadron de détection et de contrôle mobile. En clair, ils seront amenés à se déplacer sur le terrain avec leurs radars en cas d'événements particuliers, comme le G7, le Salon du Bourget, etc.  

En 2021, l'activité aéronautique sera nécessairement réduite. Aujourd'hui, il y a 26 000 mouvements, décollages et atterrissages compris, par an, dont 22 000 sont uniquement militaires.