Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Le projet de l'A45 entre Saint-Étienne et Lyon

Gaël Perdriau, maire de Saint-Étienne : "s’il faut faire des actions sur le terrain pour sauver l'A45, j’y serai"

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Alors qu’il est en Pologne, le maire de Saint-Étienne réagit en direct sur France Bleu Saint-Étienne Loire aux déclarations d’Elisabeth Borne, la ministre des transports.

Gaël Perdriau, maire de Saint-Étienne, dans les studios de France Bleu
Gaël Perdriau, maire de Saint-Étienne, dans les studios de France Bleu © Radio France - Julien Corbière

Acceptez-vous la décision de la ministre et l’abandon de l’A45 ?

"Ce serait mal me connaître de croire que je vais baisser les bras. Le projet de l’A45 a été déclaré d’utilité publique il y a dix ans. Il a été soutenu par deux présidents de la République et par huit gouvernements. Vous pensez qu’il n’y avait que des imbéciles dans ces gouvernements ?"

"Vous pensez que tous les élus, tous les ingénieurs qui ont travaillé autour des des alternatives impossibles ont raconté n’importe quoi.  L’alternative que propose Madame Borne c’est de créer une bande d’arrêt d’urgence sur la voie entre Saint-Étienne et Lyon. Ça va élargir l’autoroute ? " 

"C'est un tissu de mensonge" — Gaël Perdriau, maire de Saint-Étienne

"Son autre proposition c’est de créer un pont sur le Rhône alors même qu’elle vient de commander un audit qui montre, que sur les milliers de ponts qui ont besoin d’entretien, 164 ponts nécessitent plus d’un milliard d’euros, là tout de suite. Et Madame Borne veut construire un nouveau pont. Elle nous prend pour des imbéciles. C’est un tissu de mensonges pour cacher d’autres intérêts." 

Quels intérêts, qu’est ce qui se cache derrière ? 

"Aujourd’hui on sait que ce n’est pas un problème d’argent, on sait que les alternatives n’existent pas. Il y a d’autres intérêts beaucoup plus politiques. Il s’agit donc par cette décision de sauver la peau du soldat Collomb à Lyon.  Le seul aujourd'hui qui est en capacité de s’opposer depuis neuf gouvernements à ce dossier, c’est le maire de Lyon.  Il sait que l’élection de la métropole lyonnaise approche et il veut préserver un supposé électorat de l’Ouest Lyonnais dont il veut protéger le quotidien qui pourrait être dérangé par l’autoroute. " 

"C'est le mépris pour les élus locaux" 

Et maintenant qu'allez-vous faire ?

"J’ai lu la déclaration de la fédération des transporteurs. Elle veut faire des actions sur le terrain. Ces actions auront tout mon soutien. Je demande aussi solennellement à la ministre de me recevoir. C’est la moindre de choses. Pour ne nous expliquer et pour nous entendre. Et nous allons lui dire que nous ne renoncerons pas. Et s’il faut faire des actions sur le terrain, j’y serai.  Qu’elle ne nous ait pas reçus, c’est un mépris des élus locaux à l’image d’Emmanuel Macron et de son gouvernement."

L’idée des péages urbains qui sort aujourd’hui, qu'en pensez-vous ? 

"On a un gouvernement qui est totalement à côté de ses pompes. Entre péages urbains à l’entrée de la ville ou une piste cyclable entre Saint-Étienne et Lyon, ce sont des inepties. Parlez-en aux 80.000 automobilistes qui font la route tous les jours. Je pense que le gouvernement est totalement à côté des réalités. Il ferait bien de venir sur le terrain pour voir ce que nous vivons tous les jours notamment pour aller travailler. Et c'est tout de même le premier des droits. "

Choix de la station

À venir dansDanssecondess