Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Le projet de l'A45 entre Saint-Étienne et Lyon

A45 : les acteurs économiques de la Loire remontent au créneau

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire
Saint-Étienne, France

Différents représentants du monde économique ligérien veulent exprimer leur soutien aux élus de Saint-Étienne Métropole amenés à voter le financement du projet de nouvelle autoroute entre Saint-Étienne et Lyon le mois prochain.

L'A47 entre Givors et Saint-Étienne.
L'A47 entre Givors et Saint-Étienne. © Maxppp - Claude Essertel

Les acteurs économiques de la Loire reviennent à la charge pour défendre le projet d'A45, la future nouvelle autoroute entre Lyon et Saint-Étienne, qui fait l'objet d'une opposition assez nourrie. Environ 200 opposants ont manifesté bruyamment la semaine dernière devant le musée d'art moderne, où se réunissaient les élus de Saint-Étienne Métropole. Ils doivent voter le financement de l'infrastructure lors du prochain conseil communautaire le 30 juin, a priori à hauteur de 161 millions d'euros sur un total d'1,2 milliard d'euros.

La CCI était déjà montée au créneau en mars en amont d'une précédente réunion de cette collectivité, assurant que les entreprises souffraient d'attendre et que ce projet est la "solution pour palier les carences de l'actuelle A47"

L'A47, c'est de la souffrance au travail ! Éric Le Jaouen, Medef 42

Cette fois les entrepreneurs veulent plus ouvertement afficher leur soutien aux élus, en avançant toujours l'argument économique (500 millions d'euros de pertes par an, estimé par l'État, du fait notamment du temps perdu dans les ralentissements et des retards) et aussi celui de la qualité de vie de leurs salariés. "L'A47, c'est de la souffrance au travail !" estime Éric Le Jaouen, le président du Medef dans la Loire. "L'A45, demain, c'est améliorer les conditions de travail de nos salariés et leur permettre d'avoir une meilleure qualité de vie", poursuit le dirigeant de Ginkgo dans le secteur des ressources humaines. Éric Le Jaouen n'exclut pas la possibilité de monter des "actions symboliques" en soutien aux élus.

Éric Le Jaouen, pdt du Medef dans la Loire

Ça n'est pas qu'une question de pognon, Thierry Vidonne, BTP42

C'est un "enjeu vital pour les 44 500 entreprises et les 194 000 salariés du territoire, encore plus dans le bâtiment et les travaux publics", ajoute Thierry Vidonne, le président de la fédération BTP de la Loire. Pas seulement pour les cinq de chantier que cette nouvelle autoroute génèrerait. "Il ne s'agit pas que de parler de pognon, il s'agit de parler de vie, on ne peut pas continuer à travailler comme ça", ajoute ce patron de deux entreprises à Veauche.

On ne peut pas continuer à travailler comme ça !, le pdt du BTP dans la Loire

Fin avril, le secrétaire d'État aux Transports, Alain Vidalies a définitivement choisi Vinci comme concessionnaire. Du côté de la Région Auvergne Rhône-Alpes, la participation sera finalement de 100 millions d'euros, mais suspendus aux résultats d'une nouvelle étude, censée donner ses conclusions avant l'été.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu