Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Abattoir AIM : le tribunal de commerce étend la liquidation judiciaire au propriétaire des bâtiments

mardi 4 décembre 2018 à 19:00 Par Benoît Martin, France Bleu Cotentin

Le tribunal de commerce de Rouen estime que l'actionnaire minoritaire de l'ex abattoir de Sainte-Cécile dans la Manche a une responsabilité dans l'échec de la reprise de la société par ses salariés.

Les abattoirs AIM avaient été repris par les salariés de l'entreprise : en vain.
Les abattoirs AIM avaient été repris par les salariés de l'entreprise : en vain. © Maxppp -

Le tribunal de commerce de Rouen vient d'étendre la liquidation judiciaire de la société AIM de Sainte-Cécile, à la société d'économie mixte Imagine, propriétaire des bâtiments de l'abattoir qui a fermé en début d'année. 

Une petite victoire pour les anciens salariés de l'abattoirs qui dénonçaient le rôle joué par la société Imagine, actionnaire minoritaire de l'entreprise, dans l'échec de la reprise de l'activité par les salariés. En effet selon eux, la société propriétaire des bâtiments aurait fait payé des loyers anormalement élevés à AIM ce qui a contribué à fragiliser économiquement l'abattoir. 

Un impact possible sur les primes des ex-salariés

Cette décision de justice pourrait entraîner l'obligation pour la société d'économie mixte de participer au paiement d'une partie du passif de l'abattoir. En conséquence, les primes versées aux salariés notamment en vue d'un reclassement pourraient être revues à la hausse. C'est en tout cas l'espoir de l'ancien responsable du personnel Stéphane Lafon.

Reste que la SEM Imagine peut faire appel de cette décision. Ses responsables étaient injoignables ce mardi soir.