Économie – Social

Abattoirs AIM : les salariés veulent reprendre le site de Sainte-Cécile

Par Benoît Martin, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) et France Bleu Cotentin mercredi 18 mars 2015 à 5:00

Les abattoirs AIM.
Les abattoirs AIM. © MaxPPP

A la veille de l'audience du tribunal de commerce de Coutances dans la Manche sur l'avenir des abattoirs AIM, les syndicats annoncent plancher sur une reprise du site de Sainte-Cécile par les salariés, via une Scop. Ils vont demander un nouveau délai pour boucler leur projet.

Alors que le tribunal de commerce de Coutances doit se prononcer jeudi sur le sort des abattoirs AIM de Sainte-Cécile et d'Antrain, le projet de reprise de l'abattoir de Sainte-Cécile par les salariés eux même fait son chemin. Mardi soir, lors d'une assemblée générale, le projet a été présenté aux presque 400 employés du site.

Cela fait dix jours que les représentants du personnel travaillent pour éllaborer un projet de reprise de l'activité via une Scop, une coopérative dans laquelle les salariés auraient chacun des parts et dans laquelle les collectivités joueraient un rôle important, la région et le département ayant créé une société d'économie mixte propriétaire de l'abattoir. 

Émise il y a déjà plusieurs semaines, l'idée de scop a été creusée depuis l'annonce du retrait du dernier candidat à la reprise présenté comme anonyme. Les élus du Comité d'entreprise ont ainsi planché, en compagnie de leur expert comptable, sur les possibilités de poursuivre l'activité et si oui, sur le futur dimensionnement de l'abattoir.

Sauver des emplois

En l’occurrence, le projet permettrait de conserver 256 emplois sur les 375 annoncés par les syndicats. Pour l'heure, la copie n'est pas achevée et à priori, ne pourra pas l'être d'ici le début de l'audience du tribunal jeudi à 14h30. Les représentants syndicaux comptent donc sur un délai supplémentaire du tribunal.

L'administrateur judiciaire pourrait lui réclamer la liquidation avec poursuite d'activité durant trois mois, ce qui permettrait de finaliser la Scop. Si les salariés s'estiment soutenus par les collectivités, ils sont plus amers vis à vis de l'Etat. Leur collectif a adressé mardi un courrier au ministre de l'Agriculture.

AIM : une Scop ?

A LIRE AUSSI :

Reprise du travail après deux semaines de grève aux abattoirs AIM AIM : le dernier candidat à la reprise du site de Sainte-Cécile se retire Abattoirs AIM : ouverture d'une enquête préliminaire

Partager sur :