Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Le patron de Mitjavila dénonce des contrôles administratifs trop fréquents et "aberrants en période de crise"

-
Par , France Bleu Roussillon

Après avoir participé à l'effort national en produisant des milliers de visières de protection, le patron de l'entreprise Mitjavila à Rivesaltes (Pyrénées-Orientales) estime être harcelé par l'administration, à l'heure où "toutes les énergies devraient être mobilisées à sauver les entreprises".

L'entreprise Mitjavila, à Rivesaltes, lors du premier confinement
L'entreprise Mitjavila, à Rivesaltes, lors du premier confinement © Maxppp - Nicolas Parent

Raymond Mitjavila est un patron en colère. Fondateur de l'entreprise de stores Mitjavila qui vient de fêter ses 50 ans à Rivesaltes (Pyrénées-Orientales), il accuse l'administration de lui "empoisonner la vie" en pleine période de crise. "Sur l'année 2020, nous avons subi sept ou huit contrôles administratifs de la part de l'Urssaf, de l'inspection du travail, des services fiscaux : ce n'est pas normal ! À chaque fois, cela nous fait perdre un temps précieux".  

Comme la plupart des entreprises françaises, Mitjavila a subi de plein fouet les conséquences de l'épidémie de coronavirus. Lors du premier confinement, l'usine de Rivesaltes est restée à l'arrêt plus de trois semaines. Et les ventes se sont effondrées, "une chute catastrophique de 48% au mois de mars et 32% en avril". Mais Raymond Mitjavila n'est pas du genre à baisser les bras : "Nous avons remué ciel et terre pour relancer l'activité. Fin septembre, nos chiffres étaient revenus au même niveau que l'année précédente".

Parallèlement, le patron catalan n'a pas hésité à mobiliser son outil de travail pour participer "à l'effort de guerre" au printemps dernier.  "Nous avons investi dans des moules pour produire des visières de protection. En quelques semaines, nous en avons produit 290.000 !". Ces équipements ont été distribués "à l'euro symbolique" aux hôpitaux, pharmacies et gendarmeries.

Raymond Mitjavila, invité de "La Nouvelle éco" sur France Bleu Roussillon

Raymond Mitjavila n'attendait "aucune récompense" pour ce geste désintéressé, mais aurait souhaité que "l'administration lève le pied au cours de cette période si particulière, où les entreprises tentent de sauver leur peau". L'entreprise comprend 700 salariés répartis sur plusieurs pays, en France, en Espagne, en Italie et au Portugal. "Au jeu des comparatifs, je m'aperçois qu'en France, on est submergé par l'administration. L'enchainement des contrôles en tous genres génère d'énormes pertes de temps et d'énergie.  Pour la seule année 2020, nous avons subi 15 contrôles ! Au Portugal, en Espagne ou en Italie, c'est beaucoup plus souple."

Face à ce constat, Raymond Mitjavila assure avoir stoppé ses investissements en France. "Si je devais tout recommencer à zéro, jamais je n'installerais mon entreprise dans les Pyrénées-Orientales. Je le ferais plutôt de l'autre côté de la frontière, par exemple à Gérone, dans un lieu où l'on est vraiment encouragé". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess