Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Aciérie Ascoval : le repreneur Altifort "n'a pas les fonds nécessaires" selon Bercy

-
Par , France Bleu Nord, France Bleu

C'est de nouveau l'inquiétude pour les 281 salariés de l'aciérie Ascoval à Saint-Saulve dans le Nord. Le repreneur de l'usine, Altifort, n'a pas les fonds nécessaires. Bercy et les élus locaux continuent de défendre une reprise de l'usine nordiste.

Nouvelle période d'inquiétude pour l'aciérie Ascoval, à Saint-Saulve, dans le Nord.
Nouvelle période d'inquiétude pour l'aciérie Ascoval, à Saint-Saulve, dans le Nord. © Radio France - Audrey Morellato

Saint-Saulve, France

Après le soulagement pour les 281 salariés de l'aciérie Ascoval en décembre dernier, les voilà de nouveau plongés dans l'inquiétude. Le projet de reprise d'Altifort n'est pas si solide qu'il semblait l'être. Le groupe franco-belge a annoncé, ce jeudi 21 février, qu'il ne pouvait pas mettre les 35 millions d'euros (10 millions de fonds propres et 25 millions de levée de fonds) promis sur la table. Selon Altifort, ce sont les "financements externes" qui "n'ont pas pu être mis en place". "Je ne jette pas l'éponge et je cherche une solution", a déclaré le patron du groupe, Bart Gruyaert.

Bercy n'a plus confiance en Altifort

A Bercy, on se sent "trompés" par l'entreprise franco-belge, qui n'aurait pas prévenu le ministère de l'Economie de ses difficultés financières et a demandé l'annulation du projet de reprise à l'administrateur judiciaire, dans un courrier que France Bleu Nord a pu consulter, sans en informer Bruno Le Maire. Mais à Bercy "on ne perd pas espoir", "on continue à croire en ce site et en son outil de production". En tout cas la ministère de l'Economie ne compte plus sur l'entreprise franco-belge, et va "essayer de trouver un nouveau repreneur", d'ici à mercredi 27 février, date à laquelle le tribunal de grande instance de Strasbourg doit acter la résolution du plan de cession de l'usine nordiste.

A la région, Xavier Bertrand, l'assure, il n'abandonnera pas les salariés d'Ascoval. Le président des Hauts-de-France, n'est pas aussi catégorique que Bercy sur le sort d'Altifort dans le projet de reprise. "Soit Altifort est capable de réunir d'ici à la semaine prochaine les sommes qui ont été promises, notamment en trouvant de nouveaux partenaires. Soit nous trouvons quelqu'un qui vient en remplacement d'Altifort." La région indique être en contact avec d'autres entreprises qui pourraient donc, avec ou sans Altifort, être intéressés par la reprise de l'aciérie de Saint-Saulve 

Même son de cloche du côté du député communiste du Nord, Fabien Roussel, "Je trouve que Bercy va un peu vite en besogne. On est en train de chercher des solutions y compris avec Altifort. Il faut se serrer les coudes."

En décembre, la reprise d'Ascoval, d'un montant de 152 millions d'euros, devait être financée par des fonds privés apportés par Altifort, ainsi que des fonds publics sous forme de prêts : 25 millions d'euros de l'Etat, 12 de la région et 10 de Valenciennes métropole.