Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Activité économique dans la Vienne : "Tout le monde est sur le pont mais il faut que l'activité soit là"

-
Par , France Bleu Poitou

Le représentant de la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) dans la Vienne était l'invité de France Bleu Poitou vendredi 12 juin. "On était partis dans une bonne phase de progression économique et on sent qu'on revient plusieurs années en arrière", s'inquiète Laurent Maurillon.

L'atelier de confection de la manufacture de lingerie féminine Indiscrète à Chauvigny, en septembre 2018 (illustration).
L'atelier de confection de la manufacture de lingerie féminine Indiscrète à Chauvigny, en septembre 2018 (illustration). © Radio France - Marie-Coralie Fournier

"On est sur le pont mais il faut que l'activité soit là" : Laurent Maurillon, représentant de la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) dans la Vienne n'a pas caché son inquiétude, vendredi 12 juin, sur France Bleu Poitou. Si certains secteurs ont repris, comme le bâtiment ou l'industrie (qui peine cependant à avoir des commandes), d'autres filières comme la restauration ou le commerce connaissent toujours des difficultés. "On était partis dans une bonne phase de progression économique et là on sent qu'on revient plusieurs années en arrière."

Il reconnaît qu'il y a déjà de la casse et qu'il pourrait y en avoir plus. Les aides de l'Etat, comme les 1 500 euros donnés à tout entrepreneur qui a perdu plus de 50% de son chiffre d'affaires et le soutien au financement du chômage partiel, "ont permis provisoirement de survivre". Mais certains dispositifs sont réduits progressivement, comme le chômage partiel qui n'est plus financé qu'à 85% par l'Etat. "Si le plan ne perdure pas, je pense qu'il y aura des casses. Elles n'interviendront peut-être pas forcément dans les jours prochains mais plutôt dans le dernier trimestre 2020", s'inquiète Laurent Maurillon.

Je ne comprendrai pas que des aides soient accordées à des entreprises du CAC40 qui vont distribuer des dividendes

Dans ces conditions, la CPME souhaite un soutien plus important de l'Etat. "On propose que le report soit étalé sur trois ans pour permettre aux entreprises de pas avoir à payer les charges d'un seul coup parce que ce serait un deuxième coup de bambou." Toutes les entreprises ne doivent pas être traitées de la même manière, d'après lui. "Je pense qu'il faut faire front commun sur toutes les entreprises et pas forcément les distinguer mais (...) je ne comprendrai pas que des aides soient accordées à des entreprises du CAC40 qui vont distribuer des dividendes", prévient Laurent Maurillon. Il affirme que les patrons de petites entreprises "cherchent eux plutôt à reprendre des commandes et faire du résultat."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess