Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La société Aéroports de Paris ne sera pas privatisée

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

La campagne pour recueillir les signatures nécessaires pour la tenue d'un référendum sur la privatisation d'ADP se termine ce jeudi. Peu de chance de chance que cela soit concluant mais le gouvernement a finalement décidé de ne pas vendre ses parts de la société.

Au terminal 1 de l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, membre d’Aéroports de Paris (ADP). Le gouvernement aurait finalement décidé de ne pas engager la privatisation de la société.
Au terminal 1 de l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, membre d’Aéroports de Paris (ADP). Le gouvernement aurait finalement décidé de ne pas engager la privatisation de la société. © Radio France - Olivier Bénis

Le délai pour obtenir les 4,7 millions de signatures nécessaires pour déclencher l’organisation d'un référendum sur la privatisation d'ADP se termine ce jeudi 12 mars à minuit. Ce devrait être un échec car pour l'instant seules un peu plus d'un million de signatures sont réunies. Pour autant, le gouvernement a décidé de ne pas céder Aéroports de Paris (ADP) au privé. La porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, estime que les conditions actuelles de marché ne sont "pas du tout favorables" à une privatisation d'Aéroports de Paris (ADP), confirmant une information du magazine Marianne.

"En tout état de cause l'instabilité actuelle des marchés montre que les conditions de marché ne sont pas du tout favorables à une quelconque opération de privatisation et en particulier en ce qui concerne ADP", a déclaré Sibeth Ndiaye lors du compte rendu du conseil des ministres.  

Marche arrière sur la privatisation

Les opposants à la privatisation d'ADP ont eu neuf mois pour recueillir assez de signatures pour pouvoir exiger la tenue d'un référendum d'initiative privée (RIP). Mais le compteur a à peine dépassé le million de signatures, soit 23% du nombre nécessaire. Peu de chance donc que d'ici jeudi soir le chiffre cible soit atteint.

Pourtant, le président de la République, Emmanuel Macron, a décidé de faire marche arrière sur la privatisation. Le mécontentement des signataires, la période électorale, le mouvement des gilets jaunes et le mauvais contexte de crise économique avec le Coronavirus qui met à mal les marchés, auraient eu raison de la privatisation. C'est bien le contexte actuel qui ne serait pas favorable à une privatisation. "Actuellement, compte tenu des conditions de marché, nous serions un bien mauvais gestionnaire si nous faisions le choix immédiat de céder des actifs et notre participation dans ADP", a ajouté la porte-parole Sibeth Ndiaye. 

Contexte défavorable

Le gouvernement craindrait en effet de ne pouvoir céder ADP à un bon prix. L'Etat détient 50,63% du capital d'ADP. En 2016, Emmanuel Macron alors ministre de l'Economie avait œuvré pour avoir l'accord du président François Hollande pour lancer la cession de la société. 

C'est finalement une victoire un peu inattendue pour les opposants à la privatisation d'ADP. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu