Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Crise de l'aéronautique : la mobilité des salariés d'Albert-Méaulte est "une solution ponctuelle"

-
Par , France Bleu Picardie

Selon Julien Da'Rolt, délégué CFDT de l'entreprise AAA, le bassin d'Albert-Méaulte a suffisamment d'atouts industriels pour relancer sa filière aéronautique.

Les pointes d'avion, l'une des spécialités de la filière aéronautique d'Albert-Méaulte
Les pointes d'avion, l'une des spécialités de la filière aéronautique d'Albert-Méaulte © Maxppp - Jean-Pierre FILATRIAU

Une bonne nouvelle parmi les nombreux plans sociaux signés ou en cours de négociation chez les sous-traitants aéronautiques d'Albert-Méaulte : il y aura moins de licenciements que prévu sur le site d'Assistance Aéronautique et Aérospatiale selon Julien Da'Rolt, délégué CFDT d'AAA. Mais la situation reste critique alors que la pandémie de Covid-19 cloue les avions au sol. Près de 700 emplois sont menacés dans huit entreprises, et l'avenir de la filière dans la Somme dépend des grands groupes aéronautiques.

La mobilité des salariés de l'aéronautique est "une solution ponctuelle"

Moins de licenciements que prévu chez AAA

Alors que le plan de sauvegarde de l'emploi prévoyait deux vagues de licenciements sur le site d'AAA à Méaulte, prévoyant la suppression de 128 emplois au total (sur les 155 de l'usine), les salariés du sous-traitant on reçu la bonne nouvelle la semaine dernière. "On nous a convoqués pour nous dire que les licenciements de la deuxième phase étaient annulés. Donc on a aujourd'hui 88 salariés qui ont reçu leur avis de licenciement et 40 qui seront sauvés."

Les syndicats tenus à l'écart de l'aide à la mobilité

Pour permettre aux salariés victimes de la crise sanitaire de retrouver du travail et de bénéficier d'un accompagnement social, l'Etat a lancé une plateforme d'aide à la mobilité à la mi-février. Elle est gérée par une vingtaine de collaborateurs du conseil régional et du département de la Somme, mais pour l'instant les syndicats ne sont pas tenus au courant selon Julien Da'Rolt. "On n'a eu que deux réunions de préparation, simplement pour nous dire que la plateforme allait être mise en place. Mais on n'a pas encore pu regarder ce qui était proposé et faire des propositions."

Des passerelles vers d'autres industries

Des passerelles sont mises en place pour envoyer des salariés d'Albert-Méaulte dans l'usine nordiste du fabricant de trains Bombardier, avec la mise à disposition de navettes par la région pour amener les employés picards sur le site. "C'est une solution ponctuelle, pointe le délégué CFDT. Elle répond à des besoins industriels notamment chez Bombardier. Donc si on peut transférer les compétences de l'aéronautique pour quelques temps sur le bassin de Valenciennes, pourquoi pas ? Mais on a suffisamment d'atouts à Albert-Méaulte pour pouvoir réindustrialiser le secteur.

"Il y a un avenir pour la filière"

Avec notamment une spécificité de la filière dans la Somme, la fabrication des pointes avant d'avions. "Un avion sans pointe avant, ça n'existe pas. Donc je pense que malgré les difficultés il y a un avenir pour la filière. Pour la sous-traitance, tout dépend de la politique industrielle de Stelia Aérospace [filière d'Airbus et donneur d'ordres d'AAA]. Est-ce qu'ils veulent toujours faire appel à la sous-traitance ? A voir."

Le low cost responsable de la crise

Julien Da'Rolt souligne l'importance du low cost (la production à bas coût) dans la crise que traverse le secteur aéronautique. "Cela fait des années qu'on signale les conséquences du low cost sur la sous-traitance. C'est une sorte de préférence nationale, est-ce que l'on accepte que nos pointes d'avion soient fabriquées à l'étranger ?" Le délégué CFDT alerte aussi sur le besoin de diversifier les activités des sous-traitants pour être moins dépendants des donneurs d'ordre.

Pour joindre la plateforme d'aide à la mobilité, appelez au 03 74 27 08 27. La permanence est ouverte tous les jeudis dans les locaux d'IndustriLAB, 1 rue Roger Janin à Méaulte.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess