Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Aéroport de Brest : réunion décisive entre syndicats et direction ce mardi

-
Par , France Bleu Breizh Izel

C'est peut-être la réunion de la dernière chance ce mardi 24 novembre entre la direction de l'aéroport de Brest et les syndicats. Depuis plusieurs mois, ABO veut imposer des baisses de revenus aux 170 salariés pour surmonter la crise et éviter des licenciements. Les discussions sont dans l'impasse.

Le climat social est très tendu à l'aéroport de Brest-Bretagne.
Le climat social est très tendu à l'aéroport de Brest-Bretagne. © Radio France - Nicolas Olivier

L'aéroport de Brest-Bretagne vit une année noire. A cause de la crise du coronavirus qui a fait chuter le trafic aérien, il devrait tomber à 425.000 passagers soit trois fois moins que l'an dernier. "Aucune entreprise ne peur résister à une tempête aussi forte", insiste Raoul Laurent, le directeur général adjoint d'Aéroports de Bretagne Ouest (ABO). Alors la société concessionnaire, pilotée par la CCI, a besoin de réduire ses coûts d'exploitation.

Moins de congés et de primes

La direction tente depuis plusieurs mois de faire signer aux syndicats un nouvel accord de performance collective qui raboterait les congés, les primes et les heures supplémentaires. ABO souhaite aussi bénéficier du chômage partiel de longue durée et faciliter les départs volontaires. En contrepartie, il n'y aurait pas de licenciement. Sauf que les négociations sont dans l'impasse et le climat social est de plus en plus dégradé. "On a une direction qui veut détruire les conditions salariales à court terme et à long terme", estime Julien Le Ridant, délégué Force ouvrière.

ECOUTEZ Julien Le Ridant, délégué syndical FO

Un petit peu d'efforts supplémentaires pour pouvoir rester en place

Pour Raoul Laurent, le directeur général adjoint d'ABO, ces efforts demandés aux salariés sont nécessaires pour éviter des licenciements.

ECOUTEZ Raoul Laurent, directeur général adjoint d'ABO

Vers une fermeture l'après-midi ?

Alors que la date butoir approche, si rien n'est signé ce mardi on pourrait se diriger vers un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE). Parallèlement, ABO envisage de fermer l'aérogare quatre heures par jour, de 14 heures à 18 heures pour faire des économies. Une stratégie qui laisse sceptique les syndicats. Même le directeur d'exploitation Loïc Abjean s'y est opposé... Il vient d'être licencié.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess