Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Le projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes

Aéroport de Notre-Dame-des-Landes : les enjeux économiques

mardi 7 juin 2016 à 13:59 - Mis à jour le mardi 7 juin 2016 à 15:45 Par Typhaine Morin, France Bleu Loire Océan

Les partisans du transfert de l'aéroport de Nantes à Notre-Dame-des-Landes ont un argument de poids : le développement économique du Grand Ouest. Les opposants avancent au contraire que le renforcement de l'aéroport de Nantes-Atlantique aurait des conséquences positives sur l'économie locale.

Le projet prévoit le transfert de l'aéroport à Notre-Dame-des-Landes
Le projet prévoit le transfert de l'aéroport à Notre-Dame-des-Landes © Maxppp -

Notre-Dame-des-Landes, France

L'emploi dans le Grand Ouest

Ceux qui sont pour le transfert de l'aéroport de Nantes à Notre-Dame-des-Landes estiment que ce projet est un enjeu majeur pour le développement économique du Grand Ouest. Pour Les Ailes pour l'Ouest, défenseur du projet, la réalisation de ce transfert permettrait d'investir 561 millions d'euros "dans l'économie régionale de la construction", et selon, cela représenterait "5,4 millions d'heures de travail et 3.500 emplois" grâce à "l'activité générée".

Des emplois, mais temporaires, répondent en substance les opposants au projet. L'activité du chantier générerait selon eux 700 emplois pendant quatre ans, mais les entreprises locales ne seraient pas celles qui en profiteraient le plus. La coordination des opposants estime au contraire que ce nouvel aéroport signifierait "moins de personnel sur cet aéroport, prévu plus automatisé et avec moins de service". Ils évaluent ces pertes d'emploi à 350. "Des aéroports de l'Ouest qui risquent de fermer, comme celui de Rennes, (...) au moins 200 emplois détruits dans l'agriculture et autour."

LIRE AUSSI ►► Notre dossier Aéroport de Notre-Dame-des-Landes

Un des argument, des deux côtés, se concentre sur l'usine Airbus, située sur le site de l'aéroport de Nantes-Altantique. Pour les partisans d'un nouvel aéroport, le nouvel aéroport permettrait à Airbus de mieux s'épanouir à Nantes. Actuellement, estiment-ils, la stratégie d'Airbus est "fortement contrainte à Nantes". "Le transfert de l’aéroport du site actuel" pourrait permettre de "libérer du foncier et permettre de nouvelles implantations". Faux, répondent les opposants au projet : "l'entreprise Airbus de Bouguenais", qui compte environ 2.000 salariés, "pourrait être fragilisée, le maintien de la piste actuelle n'étant pas si sûr".

Le rayonnement économique

Pour les défenseurs du transfert du site de Nantes, un nouvel aéroport permettrait le "maintien des activités décisionnelles dans le Grand Ouest, l’internationalisation des entreprises et des territoires concernés, l’accueil et le maintien de cadres et de leurs familles", et aussi, "l’accueil et le maintien de jeunes bien formés qui auront besoin de transport aérien performant à proximité de leur lieu de travail". Pour les opposants au transfert, cet argument ne tient pas. "Ce nouvel aéroport ne proposera pas plus de destinations." Ils estiment même que "si les tarifs aéroportuaires sont plus élevés (pour rembourser l’endettement), des compagnies low-cost risquent de s’installer ailleurs."