Économie – Social

Affaire BNP Paribas : Hollande se plaint auprès d'Obama

Par Marina Cabiten, France Bleu mercredi 4 juin 2014 à 14:56

Barack Obama et François Hollande
Barack Obama et François Hollande © Maxppp

François Hollande a écrit à Barack Obama pour attirer son attention sur "le caractère disproportionné" des sanctions envisagées aux États-Unis contre BNP Paribas. Accusée d'avoir contourné un embargo visant plusieurs pays, la banque française risque une amende de plusieurs milliards d'euros.

François Hollande a écrit à Barack Obama pour l'alerter sur le "caractère disproportionné des sanctions envisagées" contre la banque BNP Paribas, pour avoir contourné l'embargo américain visant plusieurs pays. L'Élysée, qui révèle l'information mercredi, précise que la lettre date du 7 avril et que les deux chefs d'État se sont ensuite parlé au téléphone.

Sept milliards d'euros d'amende ?

Le groupe bancaire français est accusé d'avoir réalisé des opérations avec des pays sous embargo, comme le Soudan et l'Iran. Selon la presse, il pourrait se voir infliger une énorme pénalité. Cette amende à verser à l'État américain serait supérieure à 10 milliards de dollars, soit 7,34 milliards d'euros. Une suspension temporaire de ses activités aux Etats-Unis est aussi envisagée, ce qui l'empêcherait de traiter des transactions en dollars.

Le président français a aussi écrit dans cette lettre que "dans le respect de l'indépendance de la justice, la procédure devrait se poursuivre sur des bases raisonnables en lien étroit avec les autorités de régulation financière" . Les deux dirigeants dîneront ensemble jeudi soir dans un restaurant parisien, avant les commémorations du Débarquement. "Je ne sais pas si lui (M. Obama) veut en parler mais moi, je lui en parlerai" , a dit à la presse M. Hollande mercredi en marge d'un déplacement à Varsovie.

Mobilisation de la classe politique française

Cela fait plusieurs jours que des politiques de droite et de gauche critiquent cette possible sanction financière. Mardi, le ministre des Finances MIchel Sapin avait estimé que la stabilité financière française était en jeu. Dans un entretien aux Échos, Michel Sapin avait averti que la France était "prête à réagir fermement pour protéger ses intérêts fondamentaux" .

À l'UMP, l'ancien ministre Xavier Bertrand a déclaré mercredi que François Hollande devait obtenir de Barack Obama la fin du "harcèlement" contre BNP Paribas. "C'est une agression contre la France et contre l'Europe" a estimé le député-maire de Saint-Quentin dans l'Aisne.