Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Affaire du collège de Parempuyre en Gironde : des opposants au projet reçus au département

lundi 7 janvier 2019 à 23:19 Par Fanny Ohier, France Bleu Gironde

Mardi 8 octobre, une délégation de riverains et parents d'élèves opposés au projet de construction du nouveau collège de Parempuyre en face du domaine viticole de château Clément-Pichon, est reçue au département afin de trouver un terrain d'entente.

A gauche, les vignes de château Clément Pichon. A droite, Daniel Arlaud, riverain et Ludovic Coutant, du collectif des parents de Parempuyre
A gauche, les vignes de château Clément Pichon. A droite, Daniel Arlaud, riverain et Ludovic Coutant, du collectif des parents de Parempuyre © Radio France - Stéphanie Brossard

Bordeaux, France

Ce mardi 8 octobre, une délégation de riverains et de parents d'élèves opposés au projet de construction du nouveau collège de Parempuyre avenue de château Pichon est reçue au département. A 9h30, des associations de riverains, des parents d'élèves, la présidente de la Fédération des Conseils de Parents d’Élèves Gironde (FCPE) et celle de l'association "Alerte pesticides Gironde" présenteront à la vice-présidente du département Christine Bost, leurs inquiétudes quant aux risques d'exposition des collégiens aux pesticides. 

Mercredi 2 janvier, suite à la diffusion d'une étude commandée par France 2 et réalisée par un laboratoire indépendant, la polémique a été ravivée dans cette commune de 8000 habitants située au nord de Bordeaux, en plein domaine viticole. L'étude révèle la présence de pesticides dans les poussières de deux habitations attenantes au site prévu pour accueillir le nouveau collège. L'une des substances trouvées sur les lieux, l'endosulfan, est interdite en France. 

Selon les plans du département, le nouveau collège de Parempuyre doit être livré pour 2022, et pourra accueillir 900 élèves venus de Parempuyre, de Ludon-Médoc et de Macau. Soit 200 jeunes de plus que l'établissement existant aujourd'hui saturé. L'investissement devrait coûter 20 à 25 millions d'euros. La municipalité PS de Parempuyre soutient ce projet, piloté par le Département, du même bord politique.

Christine Bost, vice présidente du conseil départemental de la Gironde, et élue sur le canton, campe sur sa position. "On sait qu'il y a un certain nombre de risques ici à Parempuyre, mais on sait aussi qu'il y en a à peu près partout en Gironde, là où il y a des terres agricoles et de la vigne." 

"La question n'est pas celle de l'implantation de ces équipements, parce qu'il est nécessaire qu'ils soient créés, nous avons des enfants à accueillir." — Christine Bost, vice présidente du conseil départemental  de la Gironde 

Pour Christine Bost, c'est l'ensemble de la législation sur l'utilisation des pesticides qui doit évoluer. Or cette décision d'interdiction ne peut être prise qu'à l'échelle nationale et ne répond pas aujourd'hui à l'inquiétude des parents de collégiens.

Par ailleurs, le projet de construction du collège est aujourd'hui bien avancé puisqu'un concours a été lancé auprès de cabinets d'architectes, avec pour consignes de prévoir une orientation des bâtiments qui protège aux mieux ses occupants des effluves de pesticides charriées par le vent. Ils devront également être éloignés au minimum de vingt mètres des pieds de vignes. Une distance considérée comme insuffisante pour Ludovic Coutant, du collectif des parents d'élèves. 

Une ou plusieurs alternatives à l'actuel collège saturé

Si les partis s'accordent à dire que le collège actuel a atteint le maximum de ses capacités, le député LREM Benoît Simian ne comprend pas que le département s'entête à vouloir placer le nouvel établissement sur le terrain situé avenue du château Pichon. 

"La seule chose qui compte là c'est la santé de nos enfants !" — Benoît Simian, député Gironde LREM

"Lorsque j'étais maire de Ludon-Médoc, j'avais proposé [en 2016] un terrain qui jouxtait la commune de Ludon, Le Pian et Macau, c'est un terrain qui pourrait tout à fait accueillir un nouveau projet !", affirme le député.  

"On ne peut pas déplacer un vignoble mais on peut déplacer un projet de nouveau collège !" — Benoît Simian 

L'idée d'installer le collège dans une commune voisine n'est pas une solution envisageable pour Béatrice De François, maire de Parempuyre. "Rien qu'en comptant les enfants parempuyriens du collège, ils sont à peu près 800 [sur les 900 accueillis par le collège]... On ne va pas les envoyer ailleurs !" Elle ajoute que les communes voisines doivent faire face aux mêmes problématiques quant à l'exposition des habitants aux effets néfastes pesticides. 

Du reste, sur sa commune, elle affirme ne disposer "d'aucun autre emplacement" qui puisse répondre aux critères. Le terrain de 20 000 m2, situé avenue du château Pichon, est selon elle "le seul foncier à disposition à Parempuyre". 

Le lendemain de la diffusion de l'enquête de France 2, jeudi 3 janvier, la maire socialiste a demandé une contre-expertise sur le pesticide interdit découvert dans sa commune, pour en comprendre la provenance.  Elle souhaite également prendre un arrêté municipal pour interdire l'utilisation des pesticides à proximité des habitations existantes, jusqu'à ce que les résultats de la contre-enquête soient publiés.

Collège de Parempuyre en Gironde : l'emplacement qui fâche - Radio France
Collège de Parempuyre en Gironde : l'emplacement qui fâche © Radio France - Oanna Favennec