Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Agnès Pannier-Runacher veut "pousser Bosch dans ses retranchements pour obtenir plus"

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

La ministre déléguée à l'Industrie Agnès Pannier-Runacher est l'invitée de France Bleu Occitanie ce mercredi, pour évoquer l'avenir de Bosch, à Rodez. Elle réclame des engagements plus précis et plus favorables aux salariés de la part de la direction.

Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée à l'Industrie
Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée à l'Industrie © Radio France - Valentin Belleville

C'est elle qui est en charge du dossier de la Bosch à Rodez, où 750 postes sont menacés : la ministre déléguée à l'Industrie Agnès Pannier-Runacher est l'invitée de France Bleu Occitanie ce mercredi 24 mars. Elle détaille sa volonté de "pousser Bosch dans ses retranchements pour obtenir plus". Chahutée lors de sa visite vendredi dernier à Rodez, la ministre déléguée affirme "partager la colère des salariés". "J'aurais pu rester avec les élus et les représentants du personnel, mais ça aurait été me soustraire à mes responsabilités" explique Agnès Pannier-Runacher, interpelée notamment par un salarié de Bosch à Rodez, militant à la CGT.

La ministre déléguée veut des engagements plus clairs

Agnès Pannier-Runacher estime que les annonces faites jusqu'ici par la direction de Bosch ne sont pas suffisantes. "Je ne peux me satisfaire de cette situation, même si on a évité le scénario catastrophe d'une fermeture" a à nouveau répété la ministre déléguée à l'Industrie.

"Aujourd'hui le compte n'y est pas."

"Nous sommes en train d'évaluer les différents scénarios proposés pour obtenir le zéro départ contraint" détaille Agnès Pannier-Runacher, qui évoque un contact hebdomadaire avec les équipes de Bosch. La ministre déléguée à l'Industrie réclame un plan "plus précis, étayé, crédible" que celui présenté à ce jour.

Une diversification à approfondir

Agnès Pannier-Runacher espère également plus de la part de la direction concernant la diversification du site. "Cela fait deux ans que l'on se bat pour l'entreprise, pour des projets de diversifications. Nous avons soutenu et financé un projet dans l'hydrogène (...) Bosch s'est engagé à faire de Rodez l'usine mère pour produire des batteries hydrogène qui alimenteront des camions frigorifiques".

À ce jour, seuls une vingtaine de postes sont prévus dans ce secteur, "c'est peu" commente la ministre déléguée qui réclame à nouveau  sur ce point précis "des chiffres, des données" de la part de la direction.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess