Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Déconfinement : Agnès Pannier-Runacher veut "installer l'habitude" du masque textile

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Sud Lorraine, France Bleu
France

La secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie Agnès Pannier-Runacher était l'invitée de France Bleu Sud Lorraine ce vendredi. L'occasion de dire qu'il y a un avenir pour le masque textile dans les Vosges et une place plus grande pour le "fabriqué en France" après la crise.

Agnès Pannier Runacher, la secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'économie
Agnès Pannier Runacher, la secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'économie © Maxppp - Alexis Sciard

C'est l'une des questions que se posent les acteurs de la filière textile dans les Vosges : faudra-t-il encore produire des masques dans les mois et les années à venir alors que 300.000 masques sortent des chaînes vosgiennes chaque semaine ? "Nous espérons pouvoir installer cette habitude du masque textile" leur répond Agnès Pannier-Runacher, la secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie, invitée de France Bleu Sud Lorraine ce vendredi 15 mai. 

La réaction du textile vosgien a montré qu'on savait "mobiliser une filière textile que l'on pensait exsangue", explique la ministre : "C'est un très bel exemple d'industrialisation puisque ces masques textiles ont des propriétés de filtration très importantes qui assurent la protection des porteurs de ces masques."

Agnès Pannier-Runacher est revenue sur le contrat signé par l'Etat avec BB Distribe, une entreprise de couches bio à Laval-sur-Vologne pour la fabrication de masques sanitaires , chirurgicaux et FFP2 : 

"Nous soutenons les entreprises et les sollicitons pour mettre en place des lignes de production. Une fois qu'elles ont fait le choix de cette transformation d'activité, nous les sécurisons avec des commandes d'Etat. On passe des commandes jusqu'à la fin de l'année. Une décision utile au pays et utile aux entreprises".

Accepter que le "fabriqué en France" peut être plus cher 

Le recours au "fabriqué en France" peut-il survivre à la crise quand tous les échanges commerciaux internationaux seront de nouveau possibles ? La secrétaire d'Etat veut y croire : "Je l'espère mais il faudra dans ces nouvelles pratiques de consommations accepter qu'il y aura un prix un peu supérieur pour le "made in France", mais qui correspondra à une empreinte environnementale meilleure et des conditions de travail qui sont garanties à un haut niveau d'exigence."

Agnès Pannier-Runacher réunit ce vendredi la filière textile, mode et luxe pour parler de la relocalisation de l'activité en France. Si la secrétaire d'Etat reconnaît que le champ est ouvert pour le secteur du luxe, il faut aussi "ouvrir ça à des productions accessibles au grand public" : "Comment valoriser le fabriqué en France ? Comment attirer une clientèle ? Ce ne sera pas l'essentiel du marché mais il faut arriver à vendre un supplément de qualité ou un supplément d'âme."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess