Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Le ministre Stéphane Le Foll s'adresse aux agriculteurs, sur France Bleu

Le ministre de l'Agriculture était l'invité de France Bleu, ce mardi. Malaise des paysans, grande distribution, industriel, Europe ... tous les sujets ont été évoqués.

Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture, invité de France Bleu.
Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture, invité de France Bleu. © Radio France - Photo d'illustration

Bretagne, France

"Chacun doit prendre ses responsabilités"

Lundi, les responsables de la grande distribution étaient reçus à Matignon par Manuel Valls. Stéphane Le Foll était aussi de la rencontre. Pour lui, les distributeurs ne sont pas les uniques responsable de la crise. "Bien sûr que la grande distribution a une responsabilité. Mais si je regarde ce qui avait été mis en place dans une médiation par rapport au relèvement du cours [du porc] de Plérin l’an dernier, ce n’est pas la grande distribution qui a fait que ce qui avait été mis en place n’a pas été poursuivi. Ce sont plutôt les industriels. Il faut donc que tout le monde ai sa responsabilité."

Peser dans les négociations entre agriculteurs, industriels et distributeurs

Selon Stéphane Le Foll, 80% des produits français sont destinés à la grande distribution française. "Ce qu'il faut faire, c'est donc avoir du poids dans les négociations entre les producteurs et la grande distribution", explique le ministre de l'Agriculture. 

"J’ai eu Emmanuel Macron hier. On s’est mis d’accord pour essayer de fixer un rendez-vous entre industriels, producteurs et grande distribution." Ces discussions doivent déboucher sur un accord avant la fin du mois. 

Stéphane Le Foll au Space, à Rennes, l'an passé. - Maxppp
Stéphane Le Foll au Space, à Rennes, l'an passé. © Maxppp

La commission européenne a-t-elle joué son rôle dans cette crise ? 

Lors de la réunion avec la grande distribution, ce lundi, Manuel Valls a accusé la Commission européenne d'avoir fait "trop peu et trop tard" pour les agriculteurs français. Stéphane Le Foll, dans son interview à France Bleu, a tenu a revenir sur le rôle de la commission depuis plusieurs mois. "Quand au mois de juin, il y avait un conseil des ministres, la première réaction de la commission a été de dire qu’il n’y avait pas de crise. L’été a été nécessaire été nécessaire pour que j’arrive à obtenir un conseil extraordinaire en septembre, où la commission a pris des décision. Elle a mobilisé 500 millions d’euros, répartis dans les 28 pays, dont 63 millions pour la France." 

"Il faut qu'on soit capable de réguler un peu mieux la production, sans pour autant revenir aux quotas." 

Le ministre de l'Agriculture poursuit le sujet en évoquant le cas du lait. Aujourd'hui, la production continue à augmenter dans une dizaine de pays en Europe alors que selon l'observatoire du lait, "les perspectives en terme de marché à l’exportation ne sont pas celles qui ont été anticipées. Si on continue à augmenter la production sans avoir les débouchés, vous avez du beurre, de la poudre et du lait qui s’accumulent en Europe, et des prix qui ne cesse de baisser." 

Stéphane Le Foll compte donc évoquer le sujet, lors du prochain conseil européen des ministres de l'agriculture, le 15 février prochain. "Il faut qu'on soit capable de réguler un peu mieux la production, sans pour autant revenir aux quotas."

"On a besoin de lever l'embargo russe." 

Le ministre de l'Agriculture évoque ensuite l'embargo russe et le rôle de l'Europe dans ce dossier. "J"étais allé en Russie. On avait pris contact avec les Russes. Ensuite, c’est la commission qui a négocié avec la Russie. Mais depuis que j’y suis allé, il ne s’est rien passé."  

Dans peu de temps, le premier ministre va rencontrer Dmitri  Medvedev. "Il faut qu'on bouge et il faut que l'Europe bouge sur cette question. Il ne s’agit pas d’attendre, on a besoin de lever l’embargo russe, c’est la responsabilité de la Commission, il faut qu’elle s’en donne les moyens."

Le ministre de l'Agriculture veut rapidement lever l'embargo russe.  - Maxppp
Le ministre de l'Agriculture veut rapidement lever l'embargo russe. © Maxppp

Le décret sur l'étiquetage finalisé cette semaine

Lors de ses précédentes déclarations, Stéphane Le Foll avait déjà évoqué un décret sur l'étiquetage des produits transformés. "_O_n est en train de le finaliser, explique Stéphane Le Foll, qui poursuit en s'attaquant à la Commission européenne. Cela fait plus d’un an que le parlement a demandé à la Commission de faire des propositions sur l’étiquetage et que rien n’a été fait." 

"La traçabilité ça fonctionne, c'est en train de prendre." 

Mais les choses avancent, selon le Sarthois. _"Certains industriels ont progressé de manière _extrêmement importante sur la traçabilité. Hier, une grande entreprise privée [Fleury Michon] a annoncé qu’elle allait passé à plus de 50% d’origine France, avec le fameux logo « Viande de France », ça fonctionne, c’est en train de prendre."  

Pendant ce temps là, les actions des agriculteurs se poursuivent

Ce mardi matin, les agriculteurs bloquent toujours les bases Intermarché de Saint-Gérand, près de Pontivy et de Rostrenen. Stéphane Le Foll leur envoie un message : _"Intermarché a été dans tous les choix,_ y compris a Plérin sur le porc. Ce sont des partenaires tout a fait loyaux." 

"Faire attention à ne pas casser encore une fois les prix." 

Le ministre poursuit. "Je sais que cette colère trouve avec ces manifestation une manière de s’exprimer. Il faut éviter la violence. Il faut aussi continuer à travailler dans la structuration. Il faut continuer à aider les éleveurs avec le plan de soutien, avec l’ensemble des dispositions. Et puis il faut peser sur les négociations, pour faire attention à ne pas casser encore une fois les prix." 

Et Stéphane Le Foll de conclure, sur la résolution de la crise : _"_Le tout nécessite de la responsabilité pour les acteurs, du respect pour les agriculteurs. C’est ça mon message pour les éleveurs." 

Un remaniement du gouvernement avant le 15 février

Avant de terminer l'interview, Stéphane Le Foll évoque le remaniement du gouvernement._ Il devrait avoir lieu "avant le conseil des ministres, le 15 février". Lui compte bien rester à son poste : "Je ne me pose même pas la question mais ce n'est pas moi qui décide." _

Stéphane Le Foll était l'invité de France Bleu, ce mardi.  - Maxppp
Stéphane Le Foll était l'invité de France Bleu, ce mardi. © Maxppp

Le Ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll répond à Régis Hervé


Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu