Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Aide au permis de conduire : déjà plus de 200 bénéficiaires dans les Hauts-de-France

Le dispositif d'aide au permis de conduire, proposé par la région Hauts-de-France depuis septembre 2018, a déjà séduit plus de 200 jeunes. C'est un prêt à taux zéro pouvant aller jusqu'à 1.000 euros. Désormais, Xavier Bertrand aimerait que l'Etat s'engage pour faciliter le passage du permis.

Une nouvelle bénéficiaire du prêt à taux zéro (à droite) au côté de Xavier Bertrand (au centre) et de la directrice de l'auto-école (à gauche).
Une nouvelle bénéficiaire du prêt à taux zéro (à droite) au côté de Xavier Bertrand (au centre) et de la directrice de l'auto-école (à gauche). © Radio France - Hélène Fromenty

Hauts-de-France, France

Un peu plus d'un an après sa mise en service, en septembre 2018, l'aide au permis de conduire semble avoir trouvé son public dans la région Hauts-de-France. Plus de 200 personnes bénéficient déjà de ce dispositif financier proposé par le conseil régional. Il s'agit d'un prêt à taux zéro : jusqu'à 1.000 euros proposé aux jeunes âgés âgés de 18 à 30 ans.

"Précisément, 206 personnes ont déjà signé et commencé leur permis, précise le président de la région Xavier Bertrand. On a aussi un demi-millier de personnes qui ont engagé les formalités. Cela montre qu'il y avait un besoin. Car le permis coûte cher et qu'aujourd'hui ne pas avoir son permis, c'est un frein pour travailler." 

Pour en bénéficier, il faut biens sûr vivre dans les Hauts-de-France, être en formation, en situation professionnelle précaire - en CDD de moins de 6 mois par exemple - ou en voie d'insertion dans le monde du travail. 

Je n'aurais pas pu sortir 1.000 euros comme ça !

Fluvia Kossi, 30 ans, vient de signer son prêt dans une auto-école amiénoise. Elle va bientôt toucher 999 euros, en deux fois, pour financer son permis en version accéléré. "J'ai déjà le code depuis deux ans, précise-t-elle. Mais je n'aurais pas pu sortir 1000 euros comme ça pour mes heures de conduite. J'ai trois enfants et je dois hiérarchiser mon budget. Là je vais le passer, et le passer sereinement."

Si tout va bient, elle pourrait décrocher le sésame en 9 jours seulement. Et ce serait un vrai coup de pouce pour la suite. "J'ai besoin de me déplacer pour mon travail, et ça devrait aussi me permettre d'évoluer professionnellement. Et puis ça va m'aider pour aller chercher mes enfants chez la nounou, les déposer à l'école."

Un effort de l'Etat

Les jeunes qui souscrivent à cette offre - pour le code ou pour le code plus le permis - commencent à rembourser 24 mois après l'obtention de leur permis. Ils ont ensuite 2 ans pour rembourser à taux zéro. A noter que cette aide n'est pas renouvelable. 

La signature d'un tel prêt, c'est une première pour l'auto-école de Fulvia Kossi, où le forfait code et permis coûte environ 1200 euros. La directrice Véronique Gradelet n'a pas hésité une seconde à se lancer. 

"On a beaucoup de candidats qui arrivent à financer la partie code, mais qui s'arrête ensuite car ils ne peuvent plus suivre. Et puis, ce serait se on a juste un stock de candidats inscrits, mais qu'ile ne vont pas plus loin, ça ne va pas non plus aider nos entreprises."

Si la mayonnaise semble prendre, le président de région aimerait désormais que l'Etat fasse lui aussi un effort. "Malgré les 1.000 euros d'aide, passer son permis reste trop long, regrette Xavier Bertrand. Il manque des places pour passer l'examen. Il faut que l'Etat nous trouve des solutions, c'est indispensable."