Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Aides au bio : le département joue les banquiers en Meurthe-et-Moselle

vendredi 28 septembre 2018 à 18:55 Par Thierry Colin, France Bleu Sud Lorraine

Plus de 200 agriculteurs font le pari de la culture sans pesticide ni engrais chimique en Meurthe-et-Moselle. Mais les paysans nouvellement convertis sont victimes de retards pour les aides européennes. Le Conseil départemental a aidé 33 paysans en conversion ces deux dernières années.

Plus de 200 agriculteurs ont fait le pari du bio en Meurthe-et-Moselle.
Plus de 200 agriculteurs ont fait le pari du bio en Meurthe-et-Moselle. © Radio France - Thierry COLIN

Ormes-et-Ville, France

Si des aides européennes ont été débloquées pour aider à la conversion à l'agriculture bio, les paysans ne voient pas venir l'argent sur leur compte en banque. Ce n'est pas la faute à l'Europe mais plutôt à l'Etat et la Région qui se rejettent la balle pour la responsabilité, on évoque des soucis de logiciel pour l'Etat et un nouveau périmètre pour la Région. 

Lors de la conversion, les rendements chutent et les céréales sont vendues au prix du conventionnel. - Radio France
Lors de la conversion, les rendements chutent et les céréales sont vendues au prix du conventionnel. © Radio France - Thierry COLIN

En Meurthe-et-Moselle, le Conseil départemental a décidé de prendre les devants et offre des avances de trésorerie de plusieurs dizaines de milliers d'euros. Parmi les paysans aidés, Annie et Walter Michel qui ont arrêté les pesticides il y a trois ans. Une exploitation de 180 hectares de céréales avec de l’huile vendue notamment sur les marchés. Une aide indispensable, car lors de la conversion, les rendements chutent et les céréales sont vendues au prix du conventionnel.

aujourd'hui la transition écologique c'est impératif  - Audrey Normand, vice-présidente du Conseil départemental

Depuis trois ans, dans le département, 33 paysans ont bénéficié de cette aide un coup de pouce pour soutenir des paysans bio qui ont pris un risque. Pas moins de 469 000 ont été avancés au titre des aides 2015 et 1016 et plus de 200 mille euros seront avancées au titre de l'aide 2017. Une aide indispensable pour Audrey Normand, vice-présidente du Conseil départemental de Meurthe-et-Moselle en charge de l'agriculture et de l'environnement : «les agriculteurs sont en souffrance à cause des marchés et des prix volatiles et à cause des aléas climatiques. Les retards de versements ajoutent une nouvelle peine aux trésoreries de nos agriculteurs qui sont déjà en difficulté donc l'idée est de verser l’aide à la conversion bio qui nous est reversée ensuite. Il faut vraiment savoir ce qu'on veut : aujourd'hui la transition écologique c'est impératif et la question c'est comment on fait en sorte que l'ensemble de nos structures migrent vers cette transition écologique ».

Walter Michel s'est converti au bio et ne reviendrait pas en arrière.  - Radio France
Walter Michel s'est converti au bio et ne reviendrait pas en arrière. © Radio France - Thierry COLIN

Ecoutez le reportage dans le Saintois.