Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

VIDEO - Aides aux transports de la région Hauts-de-France : gros plan sur le bioéthanol

mercredi 28 novembre 2018 à 3:01 Par Cécile Bidault, France Bleu Nord

Le conseil régional des Hauts-de-France va élargir ses aides aux transports à partir du 1er janvier 2019. Il va notamment prendre en charge un tiers du coût des boîtiers bioéthanol, qui permettent de faire rouler les voitures essence au biocarburant.

Fabrice Vandenhende, gérant de la société Power System à Wasquehal, installe ses boîtiers bioéthanol sur des centaines de voitures en ce moment
Fabrice Vandenhende, gérant de la société Power System à Wasquehal, installe ses boîtiers bioéthanol sur des centaines de voitures en ce moment © Radio France - Cécile Bidault

Hauts-de-France, France

En pleine crise des gilets jaunes, et alors que les prix de l'essence continuent de flamber, le conseil régional des Hauts-de-France va élargir ses aides au transport à partir du 1er janvier 2019.

Depuis deux ans et demi déjà, les automobilistes qui n'ont pas d'autre choix que de prendre leur voiture pour aller travailler, et qui vivent à au moins 30 kilomètres de leur lieu de travail, peuvent bénéficier d'une aide de 20 euros d'aide par mois. A partir du 1er janvier, cette limite est abaissée à 20 kilomètres. Les personnes qui font 10 kilomètres en co-voiturage sont aussi concernées, de même que les étudiants qui font plus de 100 km par semaine pour se rendre sur leur lieu d'études en voiture..

Un tiers du coût du boîtier bioéthanol remboursé par la Région

Le conseil régional va aussi prendre en charge un tiers du coût des boîtiers bioéthanol, qui permettent de faire rouler les voitures essence, produites après 1993, au biocarburant, qui est environ trois fois moins cher.

Société pionnière dans le Nord

A Wasquehal, dans la métropole lilloise, est installée une société pionnière en la matière. Power System est même la première entreprise en France à avoir développé cette technologie, il y a dix ans, en 2008. Il s'agit d'un boîtier, installé sous le capot, qui permet de booster l'éthanol, et de lui donner le pouvoir explosif suffisant pour faire fonctionner le moteur.

L'opération dure quelques minutes, et la voiture est prête à recevoir du bioéthanol ou de l'essence, indifféremment, ou même un mélange des deux. Car environ une pompe sur dix seulement propose le bioéthanol, (E85), qui contient 85% d'éthanol, produit à partir de végétaux, comme la betterave. 

De sacrées économies

Fabrice Vandenhende, le gérant, assure que, pour l'automobiliste, "ça va faire faire de sacrés économies, car l'essence est actuellement à 1,50 euros. L'éthanol est entre 45 et 65 centimes le litre".

Ici, le coût du boîtier et de son installation, c'est 420 euros, et en moyenne, cela permet de faire une quarantaine d'euros d'économie sur chaque plein, même si la consommation est un peu supérieure, 10 à 15% de plus qu'avec de l'essence. Rodolphe, automobiliste, vient de franchir le pas, pour des raisons "de coût. J'ai fait des calculs, ce sera remboursé en quelques pleins. C'est mieux pour la planète, mais ma motivation première, c'est l'économie". 

DOSSIER : Reportage chez Power System, concepteur et installateur de boîtiers éthanol, à Wasquehal

Un mois d'attente

Il y a actuellement un mois d'attente pour obtenir son boîtier. Power System les fait fabriquer dans la métropole lilloise exclusivement. La société en installe entre 3 et 400 par mois, alors avec les annonces de la Région, le commercial Jérémy Rotru, s'attend à être débordé : "on fait tout pour augmenter nos productions, pour essayer de satisfaire tout le monde. Mais la demande est vraiment exponentielle".

Jérémy Rotru, technico-commercial chez Power System