Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Aigle Azur : tous les vols de la compagnie annulés, des milliers de passagers bloqués

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu, France Bleu Paris

La compagnie aérienne Aigle Azur, spécialiste des destinations vers le Maghreb, a annoncé la suspension de tous ses vols à compter de ce vendredi soir. Des milliers de passagers qui devaient rentrer en France sont bloqués, sans dédommagement. L'État dit chercher des solutions pour les rapatrier.

Des passagers bloqués à l'aéroport international d'Alger, ce vendredi.
Des passagers bloqués à l'aéroport international d'Alger, ce vendredi. © AFP - STRINGER

Ils sont plusieurs milliers à être cloués au sol, bloqués dans les halls d'aéroports, alors qu'ils devaient partir à l'étranger ou rentrer en France avec Aigle Azur. La compagnie aérienne, placée en redressement judiciaire, a annoncé jeudi l'annulation de tous ses vols à partir de ce vendredi soir. Elle a indiqué que "la situation financière de la société ne permet pas de garantir un dédommagement". Pour ne pas sombrer, Aigle Azur doit trouver un repreneur d'ici à lundi.

"J’ai dû payer 1.000 dollars pour un billet aller Beyrouth-Paris, même pas un aller-retour !" - Nour, passagère Aigle Azur 

France Bleu a réussi à contacter Nour, une jeune libanaise qui étudie à Paris. Elle devait partir ce samedi de Beyrouth. Elle doit signer un contrat de travail lundi à Paris, et ses cours à l'université de psychologie à Paris commencent mardi. Elle est très amère : "Je suis frustrée, en colère, dégoûtée", confie-t-elle. "Dégoûtée surtout des compagnies aériennes libanaises. Je suis allée avec mes parents à l’aéroport, il n'y avait qu'une seule solution : acheter un autre ticket ! Je leur ai raconté l’histoire, je leur ai dit que je suis étudiante, je leur ai montré tous les documents, ils n’ont pas accepté de faire de réduction. J’ai donc dû payer 1.000 dollars pour un billet aller Beyrouth-Paris, même pas un aller-retour !" , s'indigne-t-elle. 

L'Etat français cherche des solutions pour rapatrier les passagers

Résultat, ce vendredi, plusieurs milliers de passagers sont bloqués, notamment en Algérie ou au Mali. L'Etat français cherche des solutions pour les rapatrier, a indiqué le secrétaire d'Etat aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, sur RTL ce vendredi. "C'est plusieurs milliers de personnes qui sont bloquées aujourd'hui", a indiqué le secrétaire d'État. "On n'a pas exactement les chiffres", a-t-il reconnu. 

"Nous discutons avec des compagnies aériennes françaises, avec le groupe Air France, pour mettre en place les solutions les plus appropriées et pour qu'aucun passager qui se trouve aujourd'hui hors du territoire français ne se retrouve sans solution", a expliqué le secrétaire d'Etat, lui-même ancien pilote de ligne. 

Des tarifs spéciaux mis en place par Air France et Vueling  ?  

Dans un courriel transmis à l'AFP, Air France a affirmé mettre en place "rapidement" des "tarifs spéciaux" pour les clients dont le vol Aigle Azur est annulé. Même politique pour Vueling (groupe IAG), qui a d'ores et déjà annoncé un tarif de 80 euros pour la liaison Alger-Marseille et de 100 euros pour Paris-Porto, "sous réserve de disponibilité" et ce jusqu'au 15 octobre.

L'État tente de convaincre des éventuels repreneurs 

Il a aussi souligné que l'Etat avait _"gelé un certain nombre de dettes sociales et fiscales de manière à préserver l'activité le plus longtemps possible pour permettre notamment le rapatriement des passagers et la continuation de l'activité dans l'attente d'un projet de reprise". "L'Etat accompagne et tente de susciter des projets de reprise",_ a déclaré Jean-Baptiste Djebbari. 

Le secrétaire d'Etat a évoqué "soit une reprise de l'ensemble de l'activité avec un projet de restructuration, soit une reprise un peu plus lointaine (...) en scindant les activités long courrier et moyen courrier en s'assurant que le maximum d'activité et donc d'emplois est préservé".

En déplacement à Strasbourg, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a évoqué vendredi "une offre principale" de reprise, sans dévoiler l'identité de ce repreneur potentiel. "Il y a une offre principale sur laquelle nous travaillons" mais "je ne peux pas vous en dire plus parce que je souhaite qu'elle aboutisse et que je ne veux pas affaiblir les discussions qui sont en cours", a-t-il déclaré à la presse. D'autres offres "sérieuses" sont "envisageables" et "sur la table", a-t-il affirmé.

1.200 salariés menacés 

Après avoir interrompu jeudi les liaisons en provenance ou à destination du Mali, du Brésil et du Portugal, Aigle Azur, qui emploie 1.200 personnes, a annoncé en fin de journée d'abord à ses salariés, puis aux clients, n'avoir d'autre choix que de clouer au sol l'ensemble de ses appareils. Pour vendredi, 44 vols ont été maintenus, tous à l'exception d'un seul reliant la France et l'Algérie. Dans une lettre adressée aux salariés, la compagnie assure que "la recherche de repreneurs se poursuit activement. Elle continue durant l'arrêt des vols".

Choix de la station

France Bleu