Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Air France : 16 postes supprimés à Nantes, "on ne comprend pas" répond un syndicaliste

-
Par , France Bleu Loire Océan

La direction d'Air France va dévoiler, ce lundi, un plan de départs volontaires lors du comité social et économique central (CSEC). 441 postes doivent être supprimés dont 16 à Nantes. "On s'y attendait mais on ne comprend pas", répond le syndicat Force Ouvrière.

La compagnie Air France doit dévoiler un plan de départs volontaires, ce lundi. 16 postes vont être supprimés à l'aéroport de Nantes.
La compagnie Air France doit dévoiler un plan de départs volontaires, ce lundi. 16 postes vont être supprimés à l'aéroport de Nantes. © Maxppp - Franck Dubray

Nantes, France

La cadence a beau s’accélérer, Air France réduit la voilure. Alors que le trafic de passager a atteint un plus haut historique au mois d'avril, à l'aéroport de Nantes-Atlantique, la compagnie française décide dans le même temps de supprimer 16 postes, en Loire-Atlantique. La décision doit être officialisée, ce lundi, au cours d'un comité social et économique central. "On va faire appel aux sous-traitants", se désole Bruno Rouaut, délégué Force Ouvrière à Nantes. 

"On court partout, les conditions de travail se sont dégradées"

On peut voir le verre à moitié plein. L'escale nantaise sera une des moins touchées par ce plan de départs volontaires. On peut aussi voir le verre à moitié vide alors que le trafic continue de croître, à Nantes. "On ne comprend pas, lance Bruno Rouaut, délégué Force Ouvrière à Nantes, syndicat majoritaire dans la compagnie. La direction nous dit qu'on est trop et sur le terrain et on s'aperçoit que pas du tout. On court partout, les conditions de travail se sont dégradées depuis plusieurs années." 

Le syndicaliste regrette le passage de 150 à 134 employés au sol dans les prochaines semaines ou les prochains mois. "On nous annonce un programme été, au cours duquel il y a plus de vols, plus de bagages à s'occuper ... Et ça ne passe déjà pas, confie cet employé. Et dans le même temps, on nous dit il y a 16 personnes en trop. Là, on ne comprend pas." Au total 441 postes doivent être supprimés dans le cadre de ce plan qui sera présenté, ce lundi.