Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Près de 130 salariés toulousains d'Air France menacés par un plan de restructuration

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

Un projet de la direction d'Air France prévoit de fermer les trois bases de province à Marseille, Nice et Toulouse avec à la clé la mutation à Paris des personnels navigants commerciaux (PNC).

Un avion d'Air France
Un avion d'Air France © Radio France - Mikaël Roparz

C'est une mauvaise nouvelle sur le front de l'emploi. La direction d'Air France prévoit de fermer ses trois bases en province que sont Toulouse, Marseille et Nice "dans le cadre de la restructuration de son réseau domestique". La direction a précisé que "cette évolution devrait faire l'objet de discussions et négociations préalables avec les organisations syndicales et l'ensemble des salariés concernés qui se verraient proposer des mobilités au sein de l'entreprise".

Des mutations imposées ?

Environ 330 membres des personnels navigants seraient touchés par cette restructuration à Toulouse, Marseille et Nice. Il s'agit principalement des hôtesses de l’air et des stewards. Rien qu'à Toulouse-Blagnac cela concernerait 124 personnes d'après les syndicats contactés par France Bleu Occitanie.

Selon eux, la direction d'Air France veut proposer à ses employés de déménager à Paris pour travailler dans les aéroports de la capitale. Une demande qui paraît infaisable pour bon nombre de salariés qui ont construit leur vie à Toulouse, Nice ou Marseille depuis la création de ces bases dix ans plus tôt. Ces structures ont en effet permis d'installer durablement du personnel en région afin de baisser les coûts, en économisant les nuits d'hôtels par exemple, pour faire face à une concurrence accrue sur les vols domestiques.

Effet Covid

Mais en les supprimant, les syndicats craignent qu'Air France laisse la place à sa filiale lowcoast Transavia pour assurer une partie de ses vols intérieurs. Il faut dire que la compagnie aérienne chercher à faire des économies. Le groupe Air France a perdu 7,1 milliards d'euros en 2020 en raison de  la crise du Covid avec un effondrement de 59% de son chiffre d'affaires  par rapport à 2019. Les effectifs ont fondu de plus de 10% dans l'année avec 5.000 départs chez KLM et 3.600 chez Air France. Et des plans en cours doivent accompagner environ 900 départs supplémentaires chez KLM et 4.900 chez Air France.

C'est dans ce contexte morose qu'intervient ce plan de restructuration pour les bases en province. "Mais jusqu'où cela ira t-il" s'interrogent les syndicats qui estiment que les personnels au sol et sur les pistes pourraient être menacés dans un second temps. Cela représente 240 emplois à Toulouse.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess