Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Airbus : le gouvernement ne veut pas de "départs contraints"

-
Par , France Bleu Loire Océan

En déplacement à Toulouse, la ministre déléguée à l'Industrie, Agnès Pannier-Runacher, a demandé à Airbus qu'aucun départ ne soit contraint. Pour rappel, un plan social du géant de l’aéronautique prévoit 5 000 suppressions de postes dont 600 à Saint-Nazaire et 500 à Nantes.

Sur les 5 000 postes qui vont être supprimés, le gouvernement ne veut pas de départs contraints.
Sur les 5 000 postes qui vont être supprimés, le gouvernement ne veut pas de départs contraints. © Radio France - Chadi Romanos

"Ce que nous demandons à Airbus, c'est d'avoir une cible de zéro départs contraints." Les mots, ce jeudi, de la ministre déléguée à l'Industrie, Agnès Pannier-Runacher, en déplacement à Toulouse. 

Dans le cadre de son plan social annoncé début juillet, Airbus prévoit 5 000 suppressions de postes dont plus de 1 000 en Loire-Atlantique : 600 à Saint-Nazaire et 500 à Nantes. Le groupe Airbus et ses filiales emploient 25 000 salariés. 

"C'est une cible parce qu'il faut un dialogue social et que le dialogue social aille jusqu'au bout", a ajouté Agnès Pannier-Runacher, rappelant que le groupe fait face à une chute de ses commandes avec la crise du Covid-19.

  • Airbus
Choix de la station

À venir dansDanssecondess