Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Plan de restructuration chez Airbus : 3.378 postes vont être supprimés à Toulouse

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Occitanie, France Bleu

Le syndicat majoritaire Force Ouvrière affirme que le groupe Airbus prévoit de supprimer 3.378 postes à Toulouse, dont environ 2.400 dans les usines et un millier au siège.

Airbus est notamment installé à Saint-Martin du Touch
Airbus est notamment installé à Saint-Martin du Touch © AFP - GEORGES GOBET

Les salariés d'Airbus à Toulouse savent désormais combien de postes sont menacés autour du siège du groupe, alors que l'avionneur a annoncé mardi 30 juin la suppression de 15.000 postes dans le monde dont 5.000 en France. Dans la Métropole, Airbus emploie 25.000 personnes, sur les différents sites de Saint-Martin du Touch, Toulouse, Colomiers ou Blagnac. Essentiellement dans la branche commerciale d'Airbus, celle qui est directement concernée par la crise et donc le plan de restructuration de la direction.

L'essentiel

  • Le comité de groupe France se tenait ce jeudi matin à Saint-Martin du Touch, pour précisément dévoiler la manière dont les 5 000 postes supprimés chez Airbus seront ventilés. Toulouse concentrant le siège et l'essentiel des usines de fabrication, est en première ligne.
  • Au total, le plan social chez Airbus prévoit plus de 3.500 suppressions de postes à Toulouse : 2.398 à la production, 980 au siège de l'avionneur et plus de 200 dans les filiales de la ville.
  • Les syndicats majoritaires refusent tout départ contraint et ont appelé à manifester contre le plan de restructuration

"C'est un cataclysme" selon le délégué FO 

Voici les annonces qui ont été faites, ce jeudi en fin de matinée, par les syndicats d'Airbus.

13h17 : "C'est une incompréhension de voir ces chiffres qui représentent jusqu'à 15% de l'effectif total d'ATR. C'est carrément un choc ! Avec ce que je comprends aujourd'hui, on peut dire qu'il y aura une menace sur l'emploi sur les trois sites de Toulouse", réagit Jean-Christophe Pinel du syndicat Force Ouvrière chez ATR.

12h58 : Le plan prévoit également 186 suppressions de postes chez ATR, le premier constructeur d'avions régionaux, dont 167 dans la superstructure ATR GIE et 20 au siège. L'avionneur qui appartient pour moitié à Airbus est présent dans le monde entier : 1 400 employés dont un millier à Toulouse.

12h21 : A Toulouse, 3.378 postes vont être supprimés, affirme le syndicat Force Ouvrière, soit près de 2 400 dans les usines et 980 au siège. 

12h13 : Un total de 484 postes seront supprimés sur le site d'Airbus Nantes, dans le cadre du plan de restructuration prévu par l'avionneur européen, annoncent la CFE-CGC à nos collègues de France Bleu Loire Océan.

"D'après les chiffres qu'on a vus, les suppressions de postes c'est deux tiers de cols blancs et un tiers de cols bleus. Tout le monde est impacté (...) c'est du jamais vu", a affirmé à l'AFP Florent Veletchy, délégué syndical central à Airbus de la CFTC, 3ème syndicat du groupe.

11h : Les syndicats majoritaires ont appelé les salariés à manifester contre le plan au sein de l'usine de Saint-Martin du Touch

10h30 : Fabien Roussel le leader du parti communiste français est à Toulouse aujourd'hui pour soutenir les salariés de l'aéronautique airbusiens ou sous-traitants. Il reçoit ce matin des syndicats de sous-traitants Altran et Derichebourg. 

9h : Le trafic aérien a chuté de 98% depuis le début de la crise du Covid, les commandes d'avions sont bloquées ou reportées. Guillaume Faury, le PDG d'Airbus group, estime qu'un retour à la normale n'est pas envisageable avant 2023 voire 2025. Comme chez Boeing, Airbus a prévu de supprimer 15.000 postes sur les 135.000 que compte le groupe. Les syndicats ont prévenu qu'ils n'accepteraient aucun départ contraint. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess