Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Airbus se laisse 15 ans pour commercialiser son avion vert à hydrogène

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Occitanie, France Bleu

Le patron d'Airbus lance l'offensive : il assure que l'avion du futur à hydrogène sera opérationnel en 2035. Sur l'emploi, Guillaume Faury dit que la crise est gérée de la façon "la plus humaine possible".

Le groupe Airbus a révélé, ce lundi, ses projets d'avion à hydrogène avec l'ambition de faire voler un avion propre en 2035.
Le groupe Airbus a révélé, ce lundi, ses projets d'avion à hydrogène avec l'ambition de faire voler un avion propre en 2035. - Airbus

"C'est notre objectif depuis plusieurs années", rappelle Guillaume Faury. Dans un communiqué de presse, le patron d'Airbus dévoile trois concepts afin d'aboutir à l'ambitieux projet d'un avion neutre en carbone en 2035. Le gouvernement a prévu d'y consacrer 1,5 milliard d'euros d'ici à 2022 dans le cadre de son plan de soutien au secteur aéronautique mis à mal par la crise due au coronavirus.

Trois concepts élaborés par Airbus

Airbus a préparé trois concepts, explique Guillaume Faury. Tous reposant sur l'hydrogène comme principale source d'énergie, "option extrêmement prometteuse" selon Airbus. Le premier "est un avion de configuration classique pouvant aller jusqu'à 200 places avec un rayon d'action permettant de faire plus de 3.500 kilomètres". Le réservoir, cylindrique, d'hydrogène liquide serait logé à l'intérieur du fuselage dans la partie arrière de l'appareil. 

"Le second sera un avion à hélice, pouvant embarquer environ 100 passagers, pour des trajets plus courts" tandis que "le troisième est plus disruptif", selon lui : il s'agit d'une "aile volante d'environ 200 places qui permet d'étudier une configuration complètement différente pour le stockage de l'hydrogène et la propulsion". Au-delà des développements techniques, le cadre réglementaire doit nécessairement évoluer d'ici là pour autoriser l'utilisation de l'hydrogène dans les avions commerciaux, rappelle M. Faury. 

L'hydrogène "vert" doit être produit par une électricité d'origine renouvelable, alors qu'il est aujourd'hui beaucoup plus cher que l'hydrogène d'origine fossile, dont la production est très polluante.

Gérer la crise de façon " la plus humaine possible"

Dans un entretien donné au journal Le Parisien, ce lundi matin, Guillaume Faury confirme par ailleurs que les licenciements secs dans l'entreprise seront difficilement évitables. Le patron de l'avionneur assure que la crise est gérée "de la façon la plus socialement acceptable et la plus humaine possible". "On a une négociation très importante", en cours rappelle Guillaume Faury. Syndicats et direction sont toujours autour de la table.

Près de 3.500 postes doivent être supprimés à Toulouse. Airbus a baissé de 40% sa production dès le début de la crise sanitaire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess