Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Aire-sur-l'Adour : nouvelle piscine en 2021 ou pas, les élus trancheront le 18 octobre

lundi 24 septembre 2018 à 20:15 Par Frederic Denis, France Bleu Gascogne

Le maire d'Aire-sur-l'Adour, Xavier Lagrave, souhaite la construction d'une nouvelle piscine pour 2021. Les élus se prononceront pour ou contre le 18 octobre en conseil municipal. Le coût de ce projet, huit millions et demi d'euros, interroge même dans les rangs de la majorité. Décryptage.

La piscine actuelle d'Aire-sur-l'Adour est vieillissante : elle a 50 ans et fait perdre 120 000 à 13 000€ à la ville alors qu'elle n'ouvre que l'été explique le maire Xavier Lagrave
La piscine actuelle d'Aire-sur-l'Adour est vieillissante : elle a 50 ans et fait perdre 120 000 à 13 000€ à la ville alors qu'elle n'ouvre que l'été explique le maire Xavier Lagrave © Radio France - Frédéric Denis

Aire-sur-l'Adour, France

Une nouvelle piscine va t-elle être construite à Aire-sur-l'Adour pour remplacer l'équipement actuel qui a 50 ans et qui n'ouvre que l'été ? Le maire, Xavier Lagrave, souhaite faire construire, un nouveau complexe aquatique de 8000 m² à la plaine des jeux, près de la polyclinique de l'Adour. Le conseil municipal d'Aire-sur-l'Adour tranchera le 18 octobre prochain mais le coût du projet, 8 millions et demi d'euros, interroge au sein même de la majorité municipale. Pour le maire d'Aire-sur-l'Adour, Xavier Lagrave, la ville a les moyens de s'offrir un tel complexe aquatique, sans augmenter les impôts locaux, rapport d'un cabinet d'études toulousain à l'appui. Les six élus de l'opposition s'interrogent sur l'endettement de la ville, qui doublerait avec la réalisation de cette piscine couverte. France Bleu Gascogne répond à quatre questions sur ce projet qui est une promesse phare de campagne du maire d'Aire-sur-l'Adour lors des élections municipales de 2014.

A quoi ressemblerait cette future piscine ?

Ce sera un véritable centre aquatique. Un batiment de 8000 m² bati sur un terrain de 2 hectares, à la plaine des jeux, tout près de la polyclinique de l'Adour. A l'intérieur, le public pourra se baigner dans deux bassins un bassin de 25 mètres, pour les sportifs, un autre bassin dédié à la détente et la balnéo. Il y aura aussi un espace bien-être avec hammam, un tobogan de 60 mètres, et un solarium en extérieur

Ce nouveau centre aquatique changerait quoi par rapport à la piscine actuelle ?

Déjà, il serait ouvert toute l'année, dont 30 heures par semaine, en période scolaire, alors que la piscine actuelle est ouverte uniquement l'été. Cela permettra donc aux écoliers d'Aire-sur-l'Adour et du secteur d'apprendre à nager, alors qu'aujourd'hui, en France, la noyade reste la première cause de mortalité chez les enfants, pour les accidents de la vie courante. Et puis, pour le maire d'Aire-sur-l'Adour, cette future piscine sera un élément crucial pour attirer de nouveaux habitants, de nouvelles entreprises sur le secteur aturin, et pour répondre aux nouveaux besoins de la population, des néo-retraités notamment.

Cet équipement peut-il être rentable ?

Il ne sera pas rentable et ce n'est pas le but explique le maire d'Aire-sur-l'Adour. Xavier Lagrave détaille : cette nouvelle piscine sera déficitaire :  418 000€ de pertes par an en partant sur une prévision de 54 000 entrées payantes, à 4 euros 50 l'entrée. C'est beaucoup mais moins que les 500 000€ de déficit annuel qu'aurait généré l'autre projet du maire d'Aire-sur-l'Adour, celui de 2014 : couvrir la vieille piscine actuelle, qui a 50 ans, et qui ne peut pas être agrandie,  à cause du plan de prévention du risque inondation.

Aire-sur-l'Adour peut se permettre un investissement de 8 millions et demi d'euros ?

Les six élus de l'opposition s'interrogent sur l'endettement de la ville, qui passerait de 6 à 12 millions d'euros, avec la réalisation de ce projet.  Des dents grincent aussi dans la majorité municipale, mais le maire, Xavier Lagrave, assure qu'il restera de l'argent pour investir dans d'autres domaines, la voirie notamment. Il assure que depuis le début de son mandat en 2014, lui et son équipe ont multiplié par trois la capacité de désendettement de la cité aturine en dégageant un excédent de plus d'un million d'euro.