Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Alain Martineau : "On fera le maximum pour sauver LSI, mais si ce n'est pas sauvable, ce n'est pas sauvable"

-
Par , France Bleu Creuse

Nous avons joint Alain Martineau, le patron de GMD, qui a repris GM&S il y a deux ans. Il répond aux inquiétudes des syndicats sur l'avenir de l'usine.

L'entrée de l'entreprise LSI à La Souterraine
L'entrée de l'entreprise LSI à La Souterraine © Radio France - Olivier Estran

La Souterraine, France

Deux ans après la reprise de GM&S par le groupe GMD, les syndicats s'inquiètent sur l'avenir de l'usine de la Souterraine - désormais dénommée LSI. 

Le volume de commande de 22 millions d'euros promis par Renault et PSA au moment de la reprise n'a jamais été atteint. Renault a presque entièrement tenu ses engagements en 2019, c'est surtout du côté de PSA que ça pêche. 

Alain Martineau, joint par France Bleu Creuse, ne se montre pas démesurément optimiste sur l'avenir de LSI : "On fera le maximum pour sauver LSI, mais si ce n'est pas sauvable, ce n'est pas sauvable" déclare à notre micro le patron de GMD. Il pointe du doigt plusieurs difficultés de l'entreprise sostranienne en terme de compétitivité

"Les contraintes environnementales font que les constructeurs veulent de plus en plus avoir des fournisseurs autour de leurs usines. Le moins loin possible pour que ne pas traverser la France avec des camions"

A ce niveau là, LSI est mal placée. Mal placée aussi pour l'achat du métal :

Pour des problèmes uniquement logistiques, les aciéristes nous facturent 15 euros de plus la tonne. 

On a des locaux mal adaptés. Ce sont des locaux qui ont été faits pour 600 personnes. Il y a beaucoup d'amiante. Les charges sont importantes en terme de taxes, d'entretien, de chauffage, d'assurance. 

"Tout cela fait que LSI n'a pas des coûts hyper-compétitif" conclue Alain Martineau qui veut quand même croire que l'usine a un avenir : 

J'espère qu'elle a un avenir. Maintenant j'en suis pas sûr. Mais on a 35 usines, on en a jamais laissé comme ça au bord de la route pour le plaisir. Donc on fera le maximum pour sauver LSI.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu