Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Météo France maintient 13 départements en vigilance rouge canicule, les orages arrivent par l'ouest

Albert : un plan de licenciement de 90 salariés envisagé par le sous-traitant aéronautique SIMRA

-
Par , France Bleu Picardie

A cause de la crise économique post-confinement, le sous-traitant aéronautique SIMRA réfléchit à se séparer de 90 salariés sur son site d'Albert. Un départ sur la base du volontariat, que rejette formellement la CGT.

Les locaux du sous-traitant aéronautique SIMRA à Albert, rue Henry-Potez
Les locaux du sous-traitant aéronautique SIMRA à Albert, rue Henry-Potez - Google Maps

Un plan de départ volontaire, en plein déconfinement, envisagé chez le sous-traitant aéronautique SIMRA à Albert. La direction de la société qui fabrique des planchers d'avions ou des pare-brises de cockpit pour Airbus réfléchit à se séparer de 90 salariés, sur un effectif total de 170 salariés. 

Selon la CGT, la direction a déjà contacté par téléphone une quinzaine de salariés ces deux dernières semaines. A chaque fois pour proposer un départ volontaire, accompagné d'une indemnisation, si le salarié a un projet de reconversion en tête.

Des départs à cause de la baisse des cadences de production depuis la mi-mars, au début du confinement. Une façon de faire qui indigne la CGT, parlant dans un communiqué d'une "claque" et "d'une annonce brutale pour les salariés". Ajusteur monteur depuis 2013, le délégué CGT Mohamed Teurki regrette "un mensonge de la direction, depuis le début de la crise du coronavirus."

"Ce qui est étonnant, c'est que la société se permette de demander des départs, en sachant qu'Airbus n'a pas fait encore de communiqué sur les cadences à venir. Est-ce qu'on ne se sert pas de cette crise pour licencier des personnes ?" s'interroge Mohamed Teurki. 

Vers une crise majeure pour l'industrie aéronautique à Albert 

Selon la CGT, la direction refuse à cette heure de mettre en place un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) et d'informer l'inspection du travail.

La direction de SIMRA n'a pas encore validé ce plan de départ volontaire. Elle n'a pour l'heure pas répondu à nos sollicitations. 

Si ils ne sont pas entendus, les syndicats sont prêts à manifester cette semaine devant les locaux de la société, rue Henry Potez, à Albert. Fermé au début du confinement, l'activité tourne encore au ralenti depuis la réouverture le 27 mars dernier. 50 salariés sur 170 ont repris le travail.

Très présent sur Albert, le secteur aéronautique est au début d'une crise majeure, sur fond d'un chômage massif. D'autres sociétés risquent elles aussi de devoir licencier du personnel. Dans un tel contexte, le député et ex-maire d'Albert Stéphane Demilly sera à l'Assemblée Nationale ce mardi pour interpeller le ministre de l'Economie Bruno Le Maire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess