Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Albi : le directeur de l’hôpital poursuit les négociations pour racheter la clinique Toulouse-Lautrec

jeudi 13 septembre 2018 à 20:10 Par Vanessa Marguet, France Bleu Occitanie

La clinique Toulouse-Lautrec d'Albi est toujours à vendre. L'autorité de la concurrence a donné 60 jours de plus au propriétaire, le groupe Elsan, pour peaufiner la cession de ses activités. Le seul candidat à la reprise, l’hôpital d'Albi est toujours sur les rangs.

La clinique Toulouse Lautrec d'Albi qui doit être vendue par le groupe Elsan.
La clinique Toulouse Lautrec d'Albi qui doit être vendue par le groupe Elsan. © Maxppp - MARIE PIERRE VOLLE

Albi, France

Le personnel de la clinique Toulouse-Lautrec d'Albi est toujours dans le flou. L'Autorité de la Concurrence vient de donner un délai de 60 jours supplémentaires au Groupe Elsan, l'actuel propriétaire de la clinique, pour peaufiner son projet de cession. La clinique est à vendre depuis 14 mois, mais le dossier peine à avancer.  

Le pourquoi de la vente 

Cette clinique spécialisée notamment dans l'urologie, l'ophtalmologie et l'orthopédie, appartient au groupe Elsan. Or celui-ci a racheté en juin 2017 le groupe Médipôle partenaires, propriétaire de l'autre clinique d'Albi, la clinique Claude Bernard. L'Autorité de la Concurrence a estimé que cette union aboutissait à une situation de quasi-monopole dans la capitale du Tarn, avec un risque de hausse des tarifs pour les patients. Le groupe Elsan s'est donc retrouvé obligé de vendre la clinique Toulouse-Lautrec et l’hôpital public d'Albi a monté un dossier pour la racheter.   

Tout semblait en bonne voie, mais la semaine dernière l'Autorité de la Concurrence a donné 60 jours de plus au groupe Elsan pour finaliser sa vente.  Dans un communiqué, le groupe Elsan explique qu'il va "mettre à profit ce nouveau délai pour poursuivre son travail et ainsi faire une proposition satisfaisant aux critères d'agrément en vue de mettre en oeuvre l'opération de cession". 

De son côté, le directeur de l’hôpital Serge Foursans affirme qu'il n'a pas eu d'explications à ce jour sur la décision de l'Autorité de la Concurrence, mais que le dossier n'est pas enterré et que le travail de négociations continue.  

Le directeur de l'hôpital d'Albi, Serge Foursans

C'est un dossier avec des enjeux extrêmement importants, tant en terme d'offre de soins que de maintien des emplois sur le bassin de santé et des compétences médicales. On ne peut pas se permettre de mettre ce travail-là entre parenthèses - Le directeur de l'hôpital d'Albi

Quid des 220 salariés ?

Serge Foursans affirme que le projet de l'hôpital est de "reprendre la totalité des activités de la clinique", mais aussi les 220 salariés inquiets pour leur avenir. Pour le secrétaire général de la CGT 81, Sylvain Artigau, "les salariés se posent beaucoup de questions", notamment sur le passage du privé au public. En guise de réponse, le directeur de l’hôpital explique que "tout le monde sera repris, ceux qui sont en CDI passeront en CDI avec un contrat de statut public et les CDD seront repris en CDD de la même durée". Quant aux médecins, ils pourront garder leur statut libéral. 

Mais il reste beaucoup de points d’interrogations dans ce dossier, notamment le pourquoi de ce sursis de 60 jours. Les syndicats de la clinique Toulouse-Lautrec sont en train de consulter le personnel, pour mener d'éventuelles actions dans les prochains jours.