Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Alexandre Saubot, patron d'Haulotte, officiellement candidat à la présidence du Medef

dimanche 4 mars 2018 à 11:37 Par Jules Brelaz, France Bleu Saint-Étienne Loire

Les syndicats de son entreprise, même la CGT, ne lui trouvent (presque) que des qualités. Déjà président de l'UIMM, Alexandre Saubot, dirigeant de Haulotte, leader français des nacelles élévatrices installé dans la Loire, est candidat à la succession de Pierre Gattaz.

Alexandre Saubot, lors de l'université d'été du Médef 2017.
Alexandre Saubot, lors de l'université d'été du Médef 2017. © Maxppp - Thomas Padilla

Saint-Étienne, France

C'est un patron inconnu du grand public mais certains Ligériens ont déjà pu le croiser dans un TER entre Saint-Etienne et Lyon : Alexandre Saubot est candidat à la présidence du Medef. Il est à la tête d'un groupe de 1.500 salariés présent dans six pays, et il circule en seconde classe, roule en Peugeot, entre son domicile du XVIe arrondissement de Paris et le siège de son entreprise à L'Horme (Loire). Ex-banquier, il est aujourd'hui vice-président du Medef et pourtant, la CGT lui tire sa casquette ! 

Oui oui ! C'est bien la CGT qui dit du bien d'un patron ! On ne voit pas tout le temps tout en noir"

Délégué central CGT chez Haulotte France, Martial Volet voit en "monsieur Saubot un patron familial, français, qui ne partage pas facilement, certes. Mais on a connu la fameuse crise de 2008, on est resté plus d'une année au chômage partiel, sans licencier personne. Il faut rendre à César ce qui appartient à César : si notre patron n'avait pas été monsieur Saubot, on ne serait peut-être plus là actuellement".

La CGT et la CFDT de chez Haulotte le verraient bien président du Medef 

La "légende" dit qu'Alexandre Saubot ne boit ni d'alcool, ni de café, mais joue au bridge, pour se détendre. Partisan du dialogue social, ce polytechnicien de 52 ans est l'artisan des négociations sur la réforme de l'Assurance chômage, des discussions âpres qui ont fini par aboutir in extremis. A quoi ressemblerait la première organisation patronale avec Alexandre Saubot à sa tête ? 

Il n'y aura pas de gaspillage, pas de retraite chapeau ou de parachute doré !"

"C'est sûr que ce n'est pas un employeur qui utilise ces méthodes-là", explique Franck Sauton, le délégué central CFDT chez Haulotte France. "[Alexandre Saubot] est quelqu'un de très accessible, de simple qui voyage en train. La Peugeot, oui je la vois, elle est garée devant chez nous, c'est quelqu'un qui est très économe, malheureusement parfois."

Un peu trop économe question salaires, ce serait bien le seul défaut d'Alexandre Saubot, à en croire les représentants des syndicats de son entreprise. La CGT refuse pour autant de parler d'avarice. Et dire que la dernière grève chez Haulotte remonte à une vingtaine d'année, de mémoire cégétiste.