Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Allonnes : l'activité ferroviaire de TE Connectivity ne sera finalement pas délocalisée en Pologne

-
Par , France Bleu Maine

Alors qu'elle devait être délocalisée en Pologne, l'activité ferroviaire de l'entreprise d'Allonnes TE Connectivity restera finalement en France. Elle devrait être transférée à Chassieu près de Lyon. Mais les 11 salariés sarthois concernés ne devront pas déménager mais télé-travailler.

L'usine TE Connectivity à Allonnes
L'usine TE Connectivity à Allonnes © Radio France - Boris Hallier

Nouveau rebondissement pour les salariés de TE Connectivity à Allonnes. La semaine dernière nous vous annoncions que le site sarthois de l'entreprise spécialisée dans les connecteurs pour l’industrie ferroviaire et les plateformes pétrolière offshore, allait être repris (62 emplois en CDI devraient être sauvés). 

Ce projet de reprise ne concernait toutefois que l'activité offshore. L'activité ferroviaire devait elle être délocalisée en Pologne. Mais les salariés ont appris qu'elle serait finalement transférée à Chassieu, près de Lyon. Ce transfert ne signifie pas pour autant que les 11 salariés sarthois de la branche ferroviaire devront déménager. Ils seraient invités à télé-travailler. 

On va les mettre au placard et les laisser dépérir.

Une décision que dénonce Antoine Crapis, délégué CFDT et secrétaire du CSE : "Je suis un peu basique mais je ne vois pas comment est ce que l'on peut faire des essais laboratoires chez soi. Sachant que les ingénieurs qui font du développement, tout comme les techniciens, ils ont besoin d'avoir les pièces en main, de pouvoir aller voir les usineurs. Actuellement c'est faisable, tout est sur site. Demain, c'est quelque chose qui sera complètement oublié. Selon moi, en imposant cela aux employés, on va les mettre au placard et on va les laisser dépérir dans leur coin jusqu'au moment où ils craquent et ils posent leur démission. Et avec une démission le groupe n'a pas obligation de leur verser les indemnisations et aides du Plan de sauvegarde de l'emploi".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess