Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : quand un commercial devient cariste, à Alpina, en Savoie, des salariés mettent la main à la pâte

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

En cette période de fort absentéisme, des commerciaux ou des salariés de bureau d’Alpina, l'entreprise savoyarde de fabrication de pâtes alimentaires, sont volontaires pour travailler à la production, plutôt qu'opter pour le chômage partiel.

Alpina Savoie à Chambéry, photo illustration
Alpina Savoie à Chambéry, photo illustration © Radio France - Anabelle Gallotti

Comme beaucoup d’entreprises en ce moment, le fabricant de pâtes savoyard, Alpina, fait face à un fort taux d’absentéisme. _"_Sur 150 salariés à Chambéry, nous avons environs 25% d’absents", estime le directeur général d’Alpina, Jean-Philippe Lefrançois, "dans la très grande majorité des cas, il s’agit de salariés qui doivent rester chez eux pour garder leurs enfants en cette période de confinement".

Un commercial devient cariste

La direction d’Alpina a revu l’organisation de l’entreprise. Elle a stoppé la moitié de son activité pour se concentrer exclusivement sur la production de pâtes pour les grandes surfaces. Certains salariés se retrouvent donc au chômage technique et parmi eux, quelques-uns ont décidé, de donner un coup de main en production. Il s'agit de salariés volontaires. C’est comme ça qu’Amélie, assistante marketing, travaille désormais sur une ligne de conditionnement des crozets. Après une courte formation, Alan, lui, est passé de commercial à cariste.

"Être dans l’action et aider les magasins à être ravitaillés" - Alan

"Je ne me voyais pas rester à mon domicile à ne rien faire", explique Alan, "dans cette situation exceptionnelle, je me suis dit qu’il fallait que je participe à l’effort de la société".  Le commercial de 30 ans a été très bien accueilli par ses collègues avec qui il prépare les commandes : "ils croulent sous le travail, toute bonne volonté est la bienvenue", selon Alan. 

L’usine produit toujours autant de pâtes pour les grandes surfaces. Elle fonctionne désormais en 3x8. Alan travaille de 11h à 18h non-stop.

Les mesures barrières sont mises en place

En ce qui concerne le coronavirus Alan n’est pas spécialement inquiet, selon lui les mesures de protection sont bien respectées au sein de l’usine. "Nous avons des masques, du gel et nous travaillons éloignés les uns des autres", affirme-t-il. Mais il tient tout de même à saluer tous ses collègues qui comme lui travaillent :
"on peut dire merci à tous ces salariés qui continuent à travailler pour approvisionner les grandes surfaces. Ici tout le monde est motivé".

Et malgré des effectifs réduits, la direction d’Alpina assure qu’elle produit toujours autant de pâtes pour les grandes surfaces. "Nous avons stoppé une partie de notre activité pour se concentrer sur la fabrication de pâtes. Nous proposons moins de variétés différentes mais la quantité est la même qu’en temps normal", assure Jean-Philippe Lefrançois, le directeur général d’Alpina.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu