Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Bas-Rhin : l'ensemble des 22 trésoreries rurales menacées, les agents se mobilisent

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

Gros mouvement de grève chez les agents des finances publiques : plus de 50% de grévistes en Alsace lundi 16 septembre pour le mouvement national. Ils dénoncent la réforme Darmanin qui prévoit 5000 suppressions de postes d'ici la fin du quinquennat et menace les trésoreries rurales.

Plus de 50% de grévistes dans les services des impôts en Alsace lundi 16 septembre, 150 personnes ont notamment défilé à Strasbourg contre la réforme Darmanin.
Plus de 50% de grévistes dans les services des impôts en Alsace lundi 16 septembre, 150 personnes ont notamment défilé à Strasbourg contre la réforme Darmanin. © Radio France - Solène de Larquier

Un cercueil et des vêtements noirs. Le dress-code des manifestants dans le cortège strasbourgeois en dit long sur ce que pensent les agents des finances publiques de la réforme Darmanin. Le Ministre de l'Action et des Comptes publics consulte jusqu'au 30 septembre mais il a déjà annoncé les esquisses d'une profonde réforme. Lundi 16 septembre, 150 personnes ont manifesté à Strasbourg, 80 à Colmar. 

Le ministre a déjà annoncé la suppression de 5.775 postes dans les finances publiques d'ici la fin du quinquennat ainsi que la disparition de centaines de trésoreries à travers le territoire français.

Toutes les trésoreries rurales menacées  

Dans le Bas-Rhin par exemple, selon les syndicats, cette réforme prévoit la disparition de l'ensemble des trésoreries rurales, soit la fermeture de 22 trésoreries bas-rhinoises.  Il ne resterait plus que quatre centres des impôts dans le département. "Il restera à Strasbourg les centres spécialisés comme les hôpitaux ou la métropole mais toutes les trésoreries rurales seraient transformées en trois services avec des plateaux de 50 personnes qui n'auraient rien à voir avec les services assurés aujourd'hui par les trésoreries de proximité" assure Christine Helstroffer, secrétaire du syndical Solidaires finances publiques du Bas-Rhin.  

Ces trésoreries seraient remplacées par des maisons de services avec des agents polyvalents employés par les collectivités. "Elles peuvent avoir leur utilité mais vous aurez dans ces maisons de services des agents multitâches qui vous aidera à aller sur votre espace internet. Les réponses techniques sur un dossier ne pourront être apportées que dans les centres qui demeureront. On nous dit qu'un agent [des finances publiques] se déplacera aussi dans ces maisons de services mais je n'y crois pas un seul instant vu la situation déjà très tendue dans les services."  

Les syndicats dénoncent un abandon du service public

La syndicaliste Christine Helstroffer dénonce également un découpage géographique ubuesque où les habitants d'Hœnheim, qui se rendent aujourd'hui à Schiltigheim, devraient se déplacer à Haguenau ou encore Saverne et non pas à Strasbourg, juste à côté. Les grévistes mettent aussi en avant "la fracture numérique", avec une place de plus en plus importante aux démarches par internet, et l'abandon des milieux ruraux "alors que c'était au cœur des revendications des gilets jaunes" regrettent-ils. Le Bas-Rhin compte par exemple 1.400 employés des finances publiques aujourd'hui contre 1.800 il y a dix ans.

Ces annonces ne sont pas encore définitives. On n'en connaît d'ailleurs pas encore le calendrier, si ce n'est la fin du quinquennat d'ici 2022 pour les 5.775 suppressions de postes. Le ministre Gérald Darmanin doit encore consulter jusqu'au 30 septembre. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess