Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Alstom Transport : quel avenir à Belfort ?

Alstom : l’heure de passer aux actes

lundi 28 novembre 2016 à 6:00 Par Nicolas Wilhelm, France Bleu Belfort-Montbéliard

Ils ne se sont pas revus depuis le 4 octobre dernier lors de la présentation du plan de sauvetage d'Alstom à Belfort. Gouvernement, élus locaux, syndicats et direction se retrouvent ce lundi à Bercy pour la première réunion du comité de suivi.

 Comme le 4 octobre dernier, syndicats, direction, Etat et élus locaux se retrouveront autour de la table ce lundi à Bercy.
Comme le 4 octobre dernier, syndicats, direction, Etat et élus locaux se retrouveront autour de la table ce lundi à Bercy. © Maxppp - maxpp

Belfort, France

Après un mois de bras de fer avec le gouvernement et de mobilisation salariale, la direction avait renoncé au transfert de l'activité du site historique de Belfort vers Reichshoffen en Alsace. Le 4 octobre dernier en préfecture de Belfort, Alstom et l'État annonçaient un investissement de 70 millions d'euros sur le site de Belfort.

Le respect des engagements

Elus locaux et syndicats attendent beaucoup de cette première réunion du comité de suivi. La mise en place de cette instance avait été réclamée par les syndicats puis relayée par les parlementaires du département. Après la sortie de crise du 4 octobre, ils veulent des actes. « Les discussions entre la SNCF et la direction d'Alstom doivent être engagées pour que les commandes se concrétisent" indiquent Olivier Koehler, délégué CFDT qui siégera ce lundi à Bercy. Le syndicat attend des éclaircissements sur les commandes de l'Etat et de la SNCF : 21 rames TGV et 20 locomotives de manœuvre pour les trains en panne. Des commandes dont profitera Belfort mais aussi l'ensemble des établissements d'Alstom transport en France.

Coup de bluff d'Alstom ?

Un doute subsiste dans l’esprit des parlementaires et des syndicats. En comité d'entreprise fin octobre, la direction d’Alstom Transport est revenue en partie sur ses engagements indiquant que 30 millions des 70 millions d'euros promis à la filière ferroviaire ont déjà été consacrés à une commande de locomotives pour la Suisse. Or, ce n'est pas du tout ce que les élus et les responsables syndicaux avaient compris lors de l'annonce du plan de sauvetage. Sur ce point précis aussi, la direction d'Alstom sera attendue au tournant ce lundi.

La réunion du comité de suivi débute à 15 heures au ministère de l'économie à Paris.