Économie – Social DOSSIER : Alstom Transport à Belfort : encore un avenir ?

Alstom suspend la fermeture du site de Belfort en attendant la réunion avec le gouvernement

Par Emilie Pou, France Bleu Alsace, France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu Besançon et France Bleu Elsass lundi 26 septembre 2016 à 22:07

Le siège de l'entreprise Alstom, à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis)
Le siège de l'entreprise Alstom, à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) © Maxppp - MAXPPP

Lors d'un comité central d’entreprise extraordinaire ce lundi, le PDG d'Alstom, Henri Poupart-Lafarge, a décidé de geler le projet de fermeture du site de Belfort tant que le gouvernement n’aura pas annoncé son plan. Les syndicats restent sceptiques.

La direction d’Alstom suspend son projet de fermeture du site de Belfort en attendant le plan du gouvernement: c'est l'annonce faite ce lundi par le PDG, Henri Poupart-Lafarge, lors du comité central d’entreprise (CCE) extraordinaire consacré à la stratégie d’Alstom et à l’usine historique du constructeur ferroviaire, où 400 emplois sur 480 sont menacés.

Le transfert des activités vers Reichshoffen (Bas-Rhin) est donc gelé en attendant les déclarations du secrétaire d’Etat à l’industrie, Christophe Sirugue qui devrait s’exprimer lundi 3 ou mardi 4 octobre. La direction d’Alstom attend maintenant des commandes fermes, et en fonction de ces commandes, le plan de charge de l’usine de Belfort sera revu ou pas.

LIRE AUSSI : Emmanuel Macron sur Alstom: "Il faut regarder la réalité en face pour ne pas faire de fausses promesses"

Le groupe et le gouvernement espèrent obtenir la commande de douze locomotives TGV de la part de la SNCF pour son Paris-Turin et une commande équivalente auprès de la RATP. Ce qui ne suffira pas à combler le trou de commandes de l’usine entre 2018 et 2022, date prévue de la mise en service du TGV du futur.

Selon Pascal Novelin, le délégué CGT d'Alstom Transport, ce n’est pas forcément une bonne nouvelle. "On n'a rien de nouveau. On attend les annonces du gouvernement, en attendant, on ne peut préjuger de rien." Même réaction pour André Fages, de la CFE CGC : "Il faut maintenant attendre. Pour nous la rencontre la plus importante c’est celle avec Christophe Sirugue. Après seulement on se réjouira, ou pas."