Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Confinement : Amazon, profiteur de la crise ou bouc émissaire ?

-
Par , France Bleu Occitanie

Alors que les Français se tournent de plus en plus vers les achats en ligne en raison du confinement, le géant Amazon se retrouve pointé du doigt comme profiteur de la crise sanitaire, notamment dans une tribune qui appelle à taxer la plateforme pour résorber les inégalités qu'elle favorise.

Le dépôt d'Amazon situé à Toulouse, plateforme de réception et de livraison des colis
Le dépôt d'Amazon situé à Toulouse, plateforme de réception et de livraison des colis © Maxppp - FREDERIC CHARMEUX

"Stopper Amazon avant qu'il ne soit trop tard", c'est le cri d'alarme poussé dans une tribune publiée ce lundi 16 novembre sur France Info. Le texte pointe du doigt Amazon comme l'un des grands profiteurs de la crise sanitaire et du confinement, au détriment des petits commerces et du tissu économique local. Ronan Bolé, président d'Amazon France Logistique, sera l'invité de la matinale de France Bleu Occitanie ce mardi 17 novembre pour répondre à cette tribune.

Taxer Amazon pour aider les plus touchés par la crise

120 signataires, dont des syndicats, des ONG, mais aussi des députés et des citoyens de la société civile dénoncent dans la tribune le quasi-monopole d'Amazon en raison du confinement et des fermetures des commerces. Selon eux, l'entreprise leur fait de la concurrence déloyale et favorise des situations d'inégalités qui seront difficiles à résorber.

"La vie économique est arrêtée sauf pour ce géant qui profite des gens qui sont cloîtrés chez eux et qui commandent par internet" s'alarme Michel Larive, député La France Insoumise (LFI) de la deuxième circonscription de l'Ariège, et signataire de la tribune. "Il faut qu'Amazon soit aussi solidaire dans ces moments difficiles. Nous demandons une taxe exceptionnelle sur son chiffre d'affaires. C'est une mesure indispensable, et ça permettrait de financer des mesures de préservation de l'emploi et notamment pour les commerces de proximité qui sont aujourd'hui fermés".

"Si vous stoppez Amazon, vous stoppez mon emploi."

Mais cette tribune et ces critiques qui enflent laissent un peu amers les salariés d'Amazon. "Si vous stoppez Amazon, vous stoppez mon emploi, comme celui de beaucoup de monde" fait remarquer Antoine Leleu, superviseur d'opérations au dépôt basé à Toulouse, une plateforme qui réceptionne les colis, les trie, et les envoie à la livraison chez les particuliers. "Ici, nous sommes tous des travailleurs, nous donnons de nous-mêmes et nous faisons du mieux que nous pouvons"

Il rappelle qu'Amazon rend service à beaucoup de gens confinés, sur des produits auxquels parfois on ne pense pas beaucoup, comme les couches pour bébés par exemple. "S'il n'y avait pas Amazon, il y aurait de toutes façons quelqu'un d'autre à la place pour toutes ces commandes sur internet. C'est le monde de maintenant, et nous ne faisons que notre travail ici".

C'est justement ce "monde de maintenant" qui alarme les signataires de la tribune, inquiets que ces logiques d'achats en ligne ne se poursuivent après le confinement, au détriment à long terme des autres commerces.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess