Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Amazon à Belfort : une manifestation d'opposants à l'Aéroparc samedi

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu

Un collectif d'opposants à la construction d'une plateforme logistique en cours sur l'Aéroparc de Fontaine, dans le Territoire de Belfort, annonce une manifestation sur le site ce samedi 30 janvier à partir de 10h.

Logo Amazon (photo d'illustration)
Logo Amazon (photo d'illustration) © Maxppp - Maxppp

Le collectif GAFAMAZONE, créé dans le Nord Franche Comté et rassemblant à ce jour une soixantaine de personnes, appelle à la mobilisation ce samedi 30 janvier à partir de 10h, pour s'opposer à la future plateforme logistique en cours de construction près de Belfort, sur le site de l'Aéroparc de Fontaine.

Plantons des arbres, pas des entrepôts Amazon

Les opposants annoncent "la plantation d'un arbre" à 10h, sur le site de construction de la plateforme, suivie à 11h30 de la "visite d'un locker Amazon" (dispositif de dépôt des commandes Amazon dans des casiers sécurisés, à destination des clients).

Un centre de stockage de 76.000 m²

Un projet de plateforme logistique, baptisé "Citadelle", est actuellement porté sur l'Aéroparc de Fontaine par le développeur Vailog. Mais le nom du client final n'a encore jamais été annoncé officiellement. Il s'agirait d'un centre de stockage de 76.000 m² et d'une agence de livraison de 10.000 m².

En octobre 2020, un recours avait été déposé au tribunal administratif de Besançon contre l'arrêté préfectoral portant "autorisation environnementale" pour l'aménagement de cette plateforme. Damien Meslot, président LR du Grand Belfort et maire de Belfort assure que ce projet, pour lequel il est favorable, devrait générer plus d'un millier d'emplois d'ici fin 2021.

Des effets réels sur l’emploi, sur le climat, sur l’environnement

Mais les opposants ne sont pas de cet avis. "Bien au-delà de l’opacité qui a prévalu dans la gestion de ce dossier, il importe que tous les citoyens, riverains, consommateurs, commerçants, et élus en aient conscience et qu’ils soient avisés sur le modèle économique et social d’Amazon et sur ses effets réels sur l’emploi, le climat, l’environnement et le trafic routier, sur le commerce local, sur la fiscalité et sur nos libertés", affirment-ils.

"Le projet de loi portant lutte contre le dérèglement climatique, issu des propositions de la Convention citoyenne pour le climat, sera présenté début février en Conseil des ministres mais le gouvernement a déjà décidé d’exclure les entrepôts du e-commerce du moratoire sur le développement des zones commerciales", déplore encore le collectif.

Qui se cache derrière GAFAMAZONE ?

  • GAFAMAZONE est "un collectif local de lutte contre l’implantation d’un géant du e-commerce à Fontaine", dans le Territoire de Belfort. "Le collectif, qui existe depuis plusieurs mois, a consacré beaucoup de temps à l’étude du dossier et s’est appuyé aussi sur l’expérience de voisins notamment alsaciens engagés dans le même type de lutte".
  • Il réunit actuellement une soixantaine de personnes, citoyen.nnes ou représentants d'organisations issus de mouvements comme Alternatiba, Anv-Cop21, le collectif citoyen En Commun pour Belfort, ou encore Les Amis de la Terre et France Nature Environnement, à l’origine d’un recours contre le permis de construire de l'un des deux entrepôts sur le site de l'Aéroparc.
  • GAFAMAZONE est également soutenu à Belfort par les partis EELV, les Insoumis et GRS (Gauche républicaine et socialiste), et travaille en lien étroit avec les collectifs alsaciens Le Chaudron des Alternatives, le RUCSSA (Réseau d’Urgence Climatique et Sociale du Sud Alsace) et l’ADRA (Association de défense des riverains de l’Aéroport de Bâle-Mulhouse).
Choix de la station

À venir dansDanssecondess