Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Les 500 ans de la Renaissance en Centre-Val de Loire

Amboise : les commerçants redoutent l'effet "ville morte" de la venue d'Emmanuel Macron

-
Par , France Bleu Touraine

La ville d'Amboise a pris un arrêté de restriction de circulation et de stationnement pour les mercredi 1er et jeudi 2 mai, en vue de la venue d'Emmanuel Macron et du président italien. Des commerçants comptent fermer jeudi, faute de clients.

La mairie d'Amboise a pris un arrêté réglementant le stationnement en centre-ville pour la venue d'Emmanuel Macron le 2 mai. Certains commerçants craignent l'effet "ville morte" et resteront fermés.
La mairie d'Amboise a pris un arrêté réglementant le stationnement en centre-ville pour la venue d'Emmanuel Macron le 2 mai. Certains commerçants craignent l'effet "ville morte" et resteront fermés. © Radio France - Pierre-Antoine Lefort

Amboise, France

Amboise s'apprête à vivre une folle semaine, avec la visite du président Emmanuel Macron et de son homologue italien Sergio Mattarella, jeudi 2 mai. Les deux chefs d'états viennent célébrer les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci.  Une visite placée, comme chaque déplacement présidentiel, sous haute surveillance. La ville doit présenter les conditions de circulation pour les voitures et les piétons ce lundi. Le stationnement lui, sera interdit dans tout une partie du centre-ville, dès le mercredi 1er, à 7 heures du matin (pour les rues concernées, voir l'arrêté municipal dans cet article). Une annonce qui fait grincer des dents chez certains commerçants. 

Une douche froide par exemple pour Anthony Ibanez, le gérant du comptoir Amboisien, rue nationale. Il comptait sur la visite des deux chefs d'Etats, la voyait même d'un bon œil. "Cela devait être un événement pour la ville, au final, c'est un enfer, assure le restaurateur. Cela devait nous faire de la pub, et c'est finalement un calvaire." 

Des commerces fermés jeudi

Pour le gérant, ces quelques jours autour du 1er mai sont un moment important de l'année pour son chiffre d'affaires. Faute de clients, il n'ouvrira pas le 2 mai.  "On a un manque à gagner énorme, des employés qui restent chez eux. On va perdre gros." Anthony Ibanez ouvrira mercredi pour les habitués, et prévoit d'envoyer un courrier à la mairie, avec le manque à gagner de son jeudi fermé

Même décision chez la mercerie, à quelques mètres, fermée les deux jours, ou son voisin boucher, un peu plus loin. "Si c'est pour faire zéro chiffre, ça ne sert à rien", regrette Alexis Coolen, le patron. "Normalement, on devait ouvrir, c'était le côté sympa. Y avait des touristes, les politiques, pas mal de journalistes. Cela faisait parler de nous, pour faire voir les belles vitrines d'Amboise. Du coup on aura strictement rien, juste les rideaux baissés." Le boucher explique, il ne peut pas se permettre d'installer une vitrine, pour trop peu de clients. Il va imposer un jour de repos forcé à ces équipes

Certains commerçants sont  moins alarmistes 

Au fur et à mesures que l'on fait le tour des commerçants, beaucoup semblent encore indécis quant à la conduite à tenir : cette boulangère par exemple, explique qu'elle n'a "pour l'instant eu aucune information", qu'elle "ne s'est pas décidée". D'autres préfèrent être plus positifs, voir le verre à moitié plein. "La venue d'Emmanuel Macron, cela va nous faire un gros coup de pub sur Amboise", espère Laurent Renard, patron du glacier Amorino, place du château. Il se dit prêt à perdre un jour, pour gagner plus ensuite. "Ca va nous amener une bonne saison et donc on fait des sacrifices, on l'accepte.

D'autres enfin, décident même de prendre le contre-pied, comme Christophe Galland, qui exploite une épicerie fine et une cave à vin rue nationale (il est aussi président de l'office de tourisme). Lui l'affirme, il restera ouvert. "je pars du principe que quand on est fermé, on fait zéro. Un commerce qui fait zéro, ce n'est pas bon. On verra s'il y a un flux. On sait jamais, des fois que le président changerait son itinéraire, il vaut mieux qu'il tombe sur des boutiques ouvertes que des boutiques fermées.

Pour évoquer la venue des deux chefs d'Etats le 2 mai, ainsi que les festivités et les retombées économiques autour des 500 ans de la mort de Léonard de Vinci, Guillaume Pineau, le président de l'Union commerciale Val d'Amboise sera l'invité de France Bleu Touraine ce lundi 29 avril dès 7h45