Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Amboise : les entreprises attendent toujours la fibre optique

dimanche 3 décembre 2017 à 6:07 Par Camille Labrousse, France Bleu Touraine

Dans le secteur d'Amboise, les entreprises se plaignent d'une connexion internet trop lente. Conséquence, la productivité des salariés est ralentie. La fibre optique ne devrait pas arriver avant, au moins, 2019.

Pour fonctionner correctement, il faudrait une connexion de 50 megas, contre 6 en moyenne aujourd'hui
Pour fonctionner correctement, il faudrait une connexion de 50 megas, contre 6 en moyenne aujourd'hui © Maxppp - Peter Endig

Amboise, France

On parle souvent de fracture numérique, entre les citadins et les ruraux. C'est vrai pour les particuliers, mais aussi pour les entreprises. Autour d'Amboise, de nombreuses sociétés sont pénalisées par une connexion trop lente. Elles attendent la fibre optique depuis longtemps mais le raccordement au très haut débit prend plus de temps que prévu. Dans le meilleur des cas, il aura lieu en 2019. En attendant, elles doivent faire avec les pannes et le débit très faible, au détriment de leur développement.

C'est le cas de Citerneo, fabriquant de citernes. Ici, pas de commerciaux qui sillonnent la France, tout se fait en ligne, des ventes à la communication explique le PDG, Didier Supply.

Alors quand internet bafouille, c'est toute l'entreprise qui bafouille

A Citerneo, le patron a dû installer trois box internet de trois fournisseurs différents pour pallier les coupures et les ralentissements. Résultat, il doit payer une facture trois fois plus chère, de 300 euros par mois.

Quand vous téléchargez des gros dossiers comme des appels d'offre, vous attendez, ça plante et il faut tout recommencer.

Une fracture entre la métropole et les autres territoires

Didier Supply dénonce une absence de volonté politique et une priorité accordée à la métropole de Tours au détriment des autres territoires. Normalement, l'opérateur choisi sera désigné à la mi décembre, les travaux commenceront en 2018 pour une mise en service courant 2019. Mais le chef d'entreprise n'y croit plus.

Du côté de la communauté de communes du Val d'Amboise, on compte sur le respect de ce calendrier. Driss Azouguach en est le directeur économique. Il estime qu'une faible connexion bloque considérablement le développement des entreprises, qui perdent du temps et donc de la productivité. A cause de ce ralentissement de l'activité, ce sont des emplois qui ne sont pas créés.